Harish Boodhoo demande aux partis politiques de ne pas contracter d’alliance

Avec le soutien de

L’ancien vice Premier ministre estime que les tractations d’alliance entre les principaux partis politiques sèment la confusion. Il souhaite voir une lutte à trois aux prochaines élections.&nbsp

Harish Boodhoo a réuni la presse ce mardi 26 janvier pour exposer sa lecture des tractations politiques en cours actuellement.

Harish Boodhoo déplore les raisons, selon lui, étriquées sur lesquelles se basent les différentes négociations qui se font de parts et d’autres. Il dit préférer une lutte à trois dans l’intérêt du pays et de la démocratie.

«Je propose aux politiciens de s’engager dans une bataille à trois. L’île Maurice veut une bataille à trois et non une alliance dans l’intérêt des jouisseurs et des voleurs», affirme Harish Boodhoo qui se présente comme la voix des sans voix, alors que règne une certaine confusion sur la scène politique.

L’ancien leader politique va plus loin en lançant un défi au Premier ministre : «si Navin Ramgoolam a le courage, s’il n’est pas un peureux, qu’il aille tout seul aux élections et on verra après». Il s’est étonné qu’un Premier ministre qui se dit fort et imbattable «et qui s’autoproclame superman», va maintenant négocier une alliance avec ce qu’il considère être un «moustique». Pour Harish Boodhoo une alliance entre le Parti Travailliste, le Parti Mauricien Social Démocrate et le Mouvement Socialiste Militant (MSM) est la recette parfaite pour une instabilité politique.

Il n’est pas plus tendre avec le Mouvement Militant Mauricien (MMM). «Si le MMM a un peu de décence et de moralité, il n’existe qu’un seul chemin droit vers l’avenir», déclare Harish Boodhoo. Il enjoigne le MSM également à se présenter seul aux prochaines législatives.

D’autre part, l’ancien vice-Premier ministre déplore que des sujets importants soient occultés lors des discussions pour la concrétisation d’une alliance quelconque. Il estime que le problème auquel fait face actuellement l’Association des consommateurs de l’île Maurice, la dilapidation des fonds publics, le suremploi des conseillers par le gouvernement, la «liquidation» des terres de l’Etat ainsi que la monopolisation de l’espace audiovisuel par la Mauritius Broadcasting Corporation, la station de télévision publique, auraient dû être être au centre des discussions d’alliance.

«Au lieu de cela nous voyons toutes sortes d’intermédiaires se positionner. La plupart ne sont que des roder boute (opportunistes) qui ne négocient que pour leurs intérêts personnels où pour leur clique et non dans l’intérêt du pays, de la population et de la démocratie», déplore-t-il. Cela, dit-il, amène une confusion totale dans la tête des gens. «Je me demande si cette confusion n’est pas délibérément créée par certains machiavels actifs à l’hôtel du gouvernement», ajoute-t-il.

Harish Boodhoo a conclu sa conférence de presse en lançant un appel à la population mauricienne pour qu’elle commence à réfléchir sur ce qui se passe actuellement.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires