Guerre des nerfs : Le poste de président n’a jamais été autant dévalué, affirme le PTr

Avec le soutien de

Sir Anerood Jugnauth est dans la ligne de mire de la majorité pour ses critiques acerbes. L’alliance PTr/PMSD a tenu une conférence de presse ce samedi&nbsp 12 novembre pour déplorer son attitude qui est contraire au devoir de réserve que lui confère son poste.&nbsp&nbsp

Est-ce le point de non-retour dans les relations entre l’hôtel du gouvernement et le Réduit ? En tout cas, l’alliance gouvernementale a décidé de sortir l’artillerie lourde contre le président de la République, Sir Anerood Jugnauth, suite à la longue litanie de critiques qu’il a formulées contre elle depuis ces dernières semaines.

Réunissant la presse ce samedi 12 novembre, à Port-Louis, les porte-parole de l’alliance Parti Travailliste/Parti mauricien social démocrate (PTr/PMSD) ciblent le chef de l’Etat, l’accusant de se montrer indigne de sa fonction. Techniquement, il doit avoir un droit de réserve mais l’ancien Premier ministre de la coalition Mouvement socialiste militant/Mouvement militant mauricien (MSM/MMM) de 2000 n’a jamais eu sa langue dans sa poche et n’a pas raté une occasion de s’attaquer au pouvoir lors de ses dernières sorties publiques.

Rien que dans la semaine écoulée, le président a exhorté son auditoire à réagir lors du lancement d’un atelier de travail à Mahébourg. Tout en s’en prenant, bile en tête, contre la décision du gouvernement, annoncé dans le Budget 2012, de privatiser les casinos. Poussant l’ironie jusqu''''à demander dans quel pays au monde les casinos font banqueroute.

Ainsi après la réponse en parabole de Mukeshwar Choonee, ministre des Arts et de la Culture au président, son ancien Premier ministre en passant, l’invitant à prendre la porte de sortie s’il n’est pas content du gouvernement, le PTr/PMSD l’accuse de jouer le jeu de l’opposition. Le MMM et le MSM ne cessant, de l’autre, d’évoquer le come-back de l’octogénaire dans l’arène politique afin de croiser le fer contre le Premier ministre, Navin Ramgoolam.

Lormus Bundhoo, ministre de la Santé et secrétaire général du PTr, estime qu''avec les va-et-vient au Réduit ces derniers jours, « jamais le poste de président n’a été autant dévalué et diminué ». Il fait, ici, référence aux rencontres que ce dernier a eues avec Paul Bérenger et Vishnu Lucthmeenaraidoo, responsables de la commission économique du Mouvement militant mauricien (MMM).

Au train où vont les choses, s’indigne Lormus Bundhoo, la State House prend des airs « de quartier-général d’un parti ». Ce n’est pas la première fois que la présidence fait l’objet de critiques, les rouges ayant vivement déploré le fait que l’épouse de Sir Anerood, Lady Sarojini, ait utilisé les facilités mises à sa disposition par la présidence pour mener campagne en faveur de son fils, candidat de l’alliance MSM/MMM, en 2005.

Lors des dernières élections législatives, cela avait été au tour de Sir Anerood d’être attaqué par l’opposition pour n’avoir pas observé son droit de réserve que lui confère son poste, ayant implicitement invité les Mauriciens à plébisciter les candidats de l’alliance PTr/PMSD/MSM. Fidèle à lui-même, le Président avait lancé un « Les gens peuvent dire ce qu’ils veulent. Moi, je fais ce que je veux ! »

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires