Grégoire fustige l’Alliance de l’Avenir et demande à ses partisans de voter avec leur cœur

Avec le soutien de

Le Père Jocelyn Grégoire avait promis de ne pas donner de mot d’ordre de vote. Toutefois, le dimanche 2 mai, à Réduit, il a demandé à son auditoire de privilégier «le vote bloc». Dans son analyse des programmes électoraux, il a démontré un fort penchant en faveur de l’Alliance du Cœur.

Lors du congrès de la FCM, le dimanche 2 mai, à l’auditorium Octave Wiehé, à Réduit, le Père Jocelyn Grégoire, président de la Fédération des Créoles Mauriciens (FCM), a maintenu qu’il ne donnera pas de mot d’ordre. Cependant, tout au long de son discours, il a donné l’impression d’avoir une préférence pour les Mauves.

Vers la fin de son discours, il a répété qu’il ne donnerait pas des consignes de vote. Il a alors fait référence à un film bollywoodien. Il a repris en hindustani, les propos d’un personnage du film qui donne un conseil à son petit fils. Jocelyn Grégoire a, juste après, donné la traduction en kreol de ces paroles : «&nbsp Ecoute ton cœur, fais ce que ton cœur te dit ».

Il a, d’abord, signifié son rejet de l’association entre le Parti Travailliste (PTr) et le Mouvement Militant Mauricien (MSM). «Déjà quand les négociations pour une alliance entre le PTr et le MSM était en cours j’avais exprimé des réserves et mes craintes qu’une telle configuration allait créer une cassure dans le pays. Les événements m’ont donné raison. Mes craintes se sont avérées», a-t-il expliqué.

Il estime que cette alliance est une erreur des politiciens. «Nous les créoles, corrigerons l’erreur des politiciens avec notre vote parce que nous voulons d’une île Maurice arc-en-ciel. Là où chaque communauté sentira qu’elle a sa place», a-t-il lancé à l’assistance.

Jocelyn Grégoire n’a pas hésité à égratigner le Président de la République, Sir Anerood Jugnauth en rappelant un lapsus de ce dernier en 1995, quand il avait parlé de démon.&nbsp A l’époque, cela avait été ressenti comme une attaque visant, spécifiquement une communauté.

«N’oubliez pas qu’un politicien nous avait traités de démon. Aujourd’hui, j’entends dire qu’un politicien a dit , à Vacoas, que Grégoire est une bourrique. Non, nous ne sommes pas des démons. Nous ne sommes des bourriques. Nous sommes des enfants de Dieu», a déclaré le président de la FCM. Plusieurs fois durant son intervention qui aura duré plus d’une heure et demie, il demandera à ses partisans de répéter les trois phrases : « Non, nous ne sommes pas des démons. Nous ne sommes des bourriques. Nous sommes des enfants de Dieu. »

Le Père Grégoire a, ensuite, tiré à boulets rouges sur les anciens membres de la FCM qui se sont porté candidats sans, toutefois les nommer. «Il n’y a pas de place au sein de la fédération pour les extrémistes, les mercenaires et les roder boute.

Ceux qui se sont servis de la FCM pour leurs intérêts personnels», maintient-il avec le soutien bruyant de son public. Le président de la FCM a, ainsi, demandé à ses fidèles de ne pas cautionner les «roder boute» qui viendront faire campagne chez eux.

Finalement, il s’est prononcé contre la proposition de Navin Ramgoolam visant à rétablir la peine capitale. «En raison de nos croyances religieuses, nous ne pouvons accepter une loi qui enlève la vie. Déjà la drogue et le Subutex entrent dans nos familles et tuent nos enfants. Maintenant ils veulent introduire la peine de mort pour mieux tuer nos enfants. Nous ne pouvons accepter une telle chose», fait-il comprendre. Cette proposition a été bruyamment approuvée par ceux présents.

Le prêtre a aussi commenté, les attaques et menaces que subit une partie de la presse dans le cadre de la campagne électorale. Il demand aux dirigeants de l’Alliance de l’Avenir de mettre un terme à ces attaques. «Je dis que Navin Ramgoolam, Pravind Jugnauth et Xavier-Luc Duval doivent laisser la presse tranquille», dit le Père Grégoire. Il promet de descendre dans la rue, comme l’avait fait le Cardinal Margéot, si ces menaces étaient mises à exécution.&nbsp A ce chapitre, il a également plaidé en faveur d’une libéralisation totale des ondes. «Nous avons besoin de la télévision privée à Maurice», affirme-t-il.

Avant de conclure son discours, il a donné la réplique aux dirigeants des autres associations socioculturelle qui l’accusent d’être un communaliste et un sectaire. «Je demande à Sumduth Dulthumun, à Krit Manohur et à Satyadev Tengur d’arrêter me m’appeler ainsi. Considérez-moi plutôt comme un Manilall Doctor version créole », demande-t-il à ses détracteurs.

Pour conclure, Jocelyn Grégoire a invité ses partisans à ne pas diviser leur vote et surtout de ne pas voter uniquement pour les candidats créoles. «Cela ne servira pas la cause créole et n’aidera pas à faire élire plus de créoles au parlement. Si besoin est, choisissez un bloc et voter pour lui», a-t-il demandé à l’assistance.

Le président de la FCM se réjouit que les deux principaux blocs politiques en lice pour les élections du 5 mai, aient inséré, dans leurs programmes électoraux, l’introduction de la langue créole à l’école. C’est la preuve, selon lui, que la cause qu’il défend avance.

Jocelyn Grégoire a rappelé que le combat de la FCM ne s’arrête pas avec les élections générales. Il&nbsp donne rendez-vous aux membres de la fédération après le scrutin pour reprendre le travail entamé.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires