Glissement de terrain à Quatre-Sœurs : la question de relogement divise

Avec le soutien de

Une dizaine de familles vit toujours dans la zone touchée par des glissements de terrain décrétés dangereux. Et depuis plus d’une année, elles attendent leur évacuation, qui faute de consensus sur la formule proposée par le gouvernement se fait attendre.

«O moins gouvernment bizin ena impe leker, guet sakenn dapre valer  so lakaz», dit Hemawtee Beessoon, l’une des victimes de ces glissements de terrain survenus à Quatre-Sœurs. Malgré le fait que leur sort a fait l’objet d’une question parlementaire, le doute plane toujours sur le projet de relocation selon  Mahen Seeruttun,

Quant au ministre des Terres et du Logement, il avait fait état, dans une réponse au parlementaire, que ces 11 familles concernées bénéficieront d’un terrain de 11 perches à Camp-Ithier, Flacq et une unité de logement d’une superficie de  1474 pieds carrés devrait aussi être mise à la disposition de chaque famille. Les frais seront encourus par le gouvernement.

Néanmoins, la plupart des bénéficiaires sont réticents en ce qui concerne le type de logement qui leur est proposé. D’autres souhaitent que les 11 perches de terrain leur soient données et non alloués à bail pour un temps déterminé. Aussi, même s’ils se disent prêts à collaborer avec le gouvernement ils s’attendent à ce que leurs propositions soient étudiées.

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x