Fraudes alléguées: que se passe-t-il à AML?

Avec le soutien de

Shiv Nemchand, jusqu’à récemment Deputy CEO d’AML, a fait valoir ses droits à la retraite cette semaine. Il avait été suspendu dans le cadre de malversations alléguées au sein de cette société.

Cette entreprise de l’Etat, responsable de la gestion de l’aéroport de Plaisance, est fortement secouée par une série d’enquêtes sur des malversations financières. Ce qui aurait même mené à la démission du no. 2 d’AML, Shiv Nemchand, durant la semaine.
 
Une série d’irrégularités révélée lors d’un audit interne a plongé Airports of Mauritius Ltd (AML) dans une zone de turbulences. Cet audit interne avait mis en lumière le fait qu’il y aurait eu maldonne dans l’octroi de certains «petits» contrats de nettoyage et d’entretien de la clôture, à des entreprises riveraines de l’aéroport, sur une période de deux ans. Ces contrats ont été répartis de telle sorte que les montants n’étaient pas suffisamment importants pour être soumis à l’approbation du conseil d’administration et d’autres instances de la société.
 
Dans le sillage deux cet affaire, deux cadre d’AML avaient d’ailleurs été  limogés après être passés devant un comité disciplinaire. Le Deputy CEO, Seewoosagur Nemchand, dit Shiv, a, lui, préféré prendre la porte de sortie, cette semaine avant même d’avoir été convoqué. Il a fait valoir ses droits à la retraite anticipée. Ce qui fait qu’il ne part pas les mains vides, souffle une source proche d’AML.
 
Le no. 2 d’AML avait été suspendu comme quatre autres employés de l’entreprise en attendant d’être convoqués devant un comité disciplinaire. Ce qu’on reprochait à Shiv Nemchand : qu’il ne se soit pas montré suffisamment vigilant dans les procédures d’octroi de contrats. Car en tant que Deputy CEO, il avait la mainmise sur l’administration, les finances, le marketing et les ressources humaines. Ainsi que sur le «tender committee».
 
Rien ne prouve jusqu’ici que cet homme, qui a gravi un à un les échelons de la société, ait trempé dans ces combines, indique-t-on cependant du côté de l’Hôtel du gouvernement. «Nous avons suivi les procédures telles qu’énoncées par notre conseiller légal. Nous allons émettre un communiqué en début de semaine pour tout expliquer », annonce pour sa part le CEO d’AML, Serge Petit.
 
Mais il n’empêche que le pot-aux-roses a été mis au jour. La combine : deux employés d’AML attribuaient des marchés à des entreprises dont ils sont les principaux actionnaires. L’un couvrait l’autre, certifiant l’achèvement des travaux qui étaient, dans certains cas, fictifs. Ils s’en mettaient donc plein les poches sans trop de risque d’être inquiétés.
 
Les deux autres personnes suspendues dans le cadre de cette affaire ont pour leur part été blanchies. Le premier n’était pas encore employé quand l’entreprise dans laquelle il est actionnaire a obtenu un contrat. Pour l’autre, rien n’a pu être retenu contre lui.
 
L’Independent Commission against Corruption se mêle cette fois de la partie. Elle a ouvert une enquête il y a quelques semaines à la suite de renseignements qui lui sont parvenus sur ces fameux contrats. Une équipe se serait déjà rendue sur le terrain pour un constat des travaux effectués. Et il manquerait plusieurs kilomètres de ruban de béton sur la clôture de l’aéroport, apprend-on. Un «audit trail» des biens des salariés concernés devrait démontrer s’il y a eu des complicités dans cette affaire qui va certainement se terminer au tribunal.
 
Mais cette affaire n’est pas là le seul mal dont souffrirait AML. Lors de point de presse vendredi, le syndicaliste Jack Bizlall avait dénoncé les «protégés politiques» parachutés au sein de cette entreprise et dont les compétences sont discutables. Et les paris sont ouverts depuis plus de trois mois quant à la nomination à AML d’un ancien membre du MSM, passé au Parti travailliste quand les ministres du parti soleil ont quitté le gouvernement en août 2011.
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires