France (Réunion) : Le budget de l’outre-mer perd quelque 50 millions d’euros

Avec le soutien de

Le budget de la mission outre-mer a été adopté mercredi et comporte une baisse d’environ 5 millions d’euros.

Le budget de l’Outre-mer a été adopté sans surprise, mercredi matin, à l’Assemblée nationale, au cours d’une séance qui a donné lieu à beaucoup de bruit et de fureur… Au débat, une baisse de 48 millions d’euros en autorisations d’engagement et de 56 millions en crédits de paiement. Le budget pour 2012 de la mission Outre-mer s’établit à 2,131 milliards en autorisations d’engagement et à 1,979 milliard en crédits de paiement. Le gouvernement avait aussi prévu, entre autres, une minoration de 5 millions d’euros des crédits du service militaire adapté (SMA), mais a finalement accepté de maintenir cette dotation pour 2012.

A noter que le Service militaire adapté est un organisme militaire qui vient en aide aux jeunes ultramarins en difficulté. Il&nbsp apporte sa contribution à l’effort national en faveur de l’insertion des jeunes. (Photo : le siège du SMA à la Réunion).

« Non à la politique d’austérité »

L’Alliance des Réunionnais contre la pauvreté (ARCP) s’insurge contre la politique de rigueur du gouvernement : «&nbsp Les Réunionnais d’en bas, ceux de la base, les jeunes désœuvrés, les chômeurs, les bénéficiaires des minimas sociaux, les travailleurs pauvres et de la classe moyenne sont les premiers à subir de plein fouet la politique de Sarkozy et de Fillon. On est en train de tuer le logement, l’entreprise, l’emploi, la consommation à travers la baisse des revenus et l’augmentation des prix. À la fin de l’année, on assistera à la disparition du RSTA et au bonus Cospar : des dizaines de millions d’euros qui quittent sortent ainsi du circuit économique réunionnais”, soutient Jean-Hugues Ratenon lors d’une conférence de presse, mercredi.

La suppression du Prêt à taux zéro (PTZ+) dans l’achat d’immobilier ancien et la fin du dispositif Scellier Dom sont intolérables pour la Capeb (Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment). “Coup de massue, le bâtiment déjà à l’agonie à la Réunion, est le secteur le plus impacté par le plan de rigueur ! (...) Le Premier ministre signe l’arrêt de mort de l’un des secteurs les plus contributeurs à la croissance (...) Globalement, le tribut payé par le seul secteur du bâtiment au plan de rigueur est totalement disproportionné et injuste (...)”, affirme le syndicat dans un communiqué.

Le BTP dans le rouge

La Fédération réunionnaise du BTP dénonce elle aussi la disparition du Scellier Dom. Et à Bernard Tillon, secrétaire général de la FRBTP, de rappeler : “En deux ans, la production de logement dans le secteur libre est passée de 8 000 à 1 000 par an, avec 7 000 emplois perdus. On ne peut pas imaginer qu’il n’y aura plus aucun dispositif de financement attractif pour relancer le logement demain à la Réunion. Sinon on s’expose à de graves problèmes, comme une flambée des loyers ».

Le Scellier Dom permet une&nbsp réduction d''''impôt de 13 % du prix de revient plafonné à 300 000 € et étalée sur 9 ans pour tout dans un bien immobilier neuf.

(Source : Le Journal de l’île de la Réunion.)

Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période de confinement, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x