Football - Amical : L'OM s'incline face à la Sampdoria

Avec le soutien de

L’Olympique de Marseille ne s’est pas rassuré ce samedi en perdant son dernier match amical de l’été face à la Sampdoria (4-3). Une défaite en grande partie due à une première mi-temps inquiétante où les Olympiens ont été défaillants dans l’engagement et dans la rigueur défensive.
 
Il y a un près de trois mois, l’OM assurait sa place en Ligue des champions au prix d’une saison où solidité défensive et générosité étaient sa marque de fabrique. Difficile de croire qu’il s’agissait de la même équipe, samedi soir au stade Luigi-Ferraris de Gênes. La première période livrée par les Marseillais a constitué l’exemple même de ce qu’il ne faudra pas faire à Guingamp le 11 août. Certes, il ne s’agissait que d’une rencontre amicale, et donc par définition sans enjeu, mais les errements défensifs et la nonchalance montrés par les hommes d’Elie Baup durant le premier acte sont inquiétants à une semaine de la reprise du Championnat. Ils couronnent une campagne amicale ratée, marquée par cinq défaites (Sion, Porto, Wolfsburg, Parme puis la Sampdoria).
 
Dépassée et battue comme rarement dans l’engagement, la formation provençale n’a pas tenu plus de vingt minutes. A 1-0 pour elle, elle a bu le bouillon en un peu plus de cinq minutes.
 
17e minute : L’égalisation génoise lançait ce qui allait suivre. Benjamin Mendy, en difficulté pour enchainer montées et replacements défensifs face à une équipe italienne en 3-5-2, oubliait De Silvestri, qui avait tout son temps pour ajuster un centre. Nicolas Nkoulou passait au travers à la réception, battu au duel aérien par Gabbiadini.
 
24e minute : Incroyablement passive sur une belle combinaison italienne qui amenait le deuxième but (24e), la charnière centrale olympienne s’est illustrée une nouvelle fois par sa désorganisation quelques secondes plus tard. Nkoulou jouait mal le hors-jeu sur une passe lointaine en profondeur, Lucas Mendes affichait ses lacunes en vitesse de pointe, et les deux hommes ne pouvaient que constater les dégâts sur le doublé de Gabbiadini (26e).
 
Diawara montre l'exemple
 
Dans cette demi-heure terrible pour l’OM, même André Ayew, pourtant toujours exemplaire dans l’engagement physique, semblait en difficulté face à son adversaire direct.
 
44e minute : A 3-1 pour la Sampdoria, Mandanda a sorti une claquette réflexe miraculeuse devant Gabbiadini après avoir été lâché par sa défense une fois de plus. Au cours de cette première période, la Sampdoria aura été en position de frappe une bonne demi-douzaine de fois.
 
L’OM, organisé en 4-2-3-1, a resserré son quadrillage en seconde période, contre une équipe italienne remaniée et moins entreprenante. Seuls rayons de soleil dans la copie marseillaise du premier acte, l’apport offensif de Benjamin Mendy, auteur de quelques montées intéressantes, et l’activité de Giannelli Imbula, qui s’est libéré au fil des minutes. Après la pause, Souleymane Diawara a apporté son sens du duel. Ce sens dont l’OM aura besoin pendant 38 journées s’il espère réaliser une saison comparable à celle de l’an dernier.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires