Faute d’avoir obtenu une nomination du Parti Travailliste, Rashid Meerun se rallie au MSM

Avec le soutien de

L’ancien Haut-commissaire Mauricien au Pakistan Rashid Meerun qui avait été un candidat malheureux aux élections législatives de 2010 a démissionné du Parti Travailliste pour adhérer au MSM. Il s’est expliqué ce mercredi 4 avril et parle de son ancienne affectation comme ayant été un cadeau empoisonné de la part de Navin Ramgoolam.&nbsp

Rashid Meerun est un homme amer. Nommé Haut-commissaire de Maurice au Pakistan après sa défaite aux élections de 2005, il avait quitté se poste pour se porter candidat aux élections législatives de mai 2010. Il avait brigué les suffrages sous la bannière travailliste à Plaine-Verte, dans la circonscription No. 3 (Port-Louis-Est/Port-Louis Maritime) et avait une nouvelle fois mordu la poussière. Depuis, il dit avoir attendu en vain une nomination...

L’ancien journaliste sportif a donc décidé d’abandonner le Parti Travailliste (PTr) pour se rallier au Mouvement socialiste mauricien (MSM) suite au retour de Sir Anerood Jugnauth dans l’arène politique. Ayant changé d’allégeance, Rashid Meerun se montre très critique à l’égard du Premier ministre qu’il qualifie d’ingrat.

Il a accusé le leader du Parti Travailliste de l’avoir instrumentalisé. « Navin Ramgoolam m’a utilisé en deux occasions. Il n’avait pas de candidat et m’a envoyé une première fois à Stanley/Rose-Hill et ensuite au No. 3. Je suis un sacrifié du parti », se plaint-il.

Rashid Meerun révèle qu’il a rencontré le Premier ministre en décembre 2011 et qu’il s’attendait à une nomination. Toutefois, il n’a rien vu venir. Dépité, Rashid Meerun s’est alors résigné à rejoindre son ancien parti qu’il avait quitté dans les années 90.

Proche de Sir Anerood, du temps où il était journaliste, il y a deux décennies, Rashid&nbsp Meerun s’était engagé activement au sein du MSM. En 1999, il adhère au PTr après que le Premier ministre eut renversé une décision de la direction de la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC). A l’époque, le management de la station de radiotélévision d’Etat avait suspendu son épouse, Annick Rave-Meerun, de ses fonctions de journaliste.&nbsp

« Le Premier ministre m’a lancé un appel. Je n’ai pas hésité une seule seconde, il a été celui qui est intervenu pour la réintégration de mon épouse, suspendue à cause d’un avis de décès », admet Rashid Meerun.&nbsp En 2005,&nbsp il obtient l’investiture de l’alliance sociale.&nbsp Il est candidat à Stanley/Rose-Hill, aux côtés de Rama Valayden et Sylvio Michel.

Rashid Meerun subit sa première défaite dans l’arène politique. « Malgré ma défaite je suis resté fidèle aux travaillistes. J’ai été nommé, un an et demi plus tard, Haut Commissaire au Pakistan », précise Meerun. Il passe quatre ans à Islamabad.

En 2010, Navin Ramgoolam fait de nouveau appel à lui. Soit à la veille du « Nomination Day »&nbsppour briguer les suffrages dans la circonscription No. 3. Il rentre au pays in extremis&nbsp le jour du dépôt des candidatures. Il est battu à plate couture.

&nbsp« C’est la deuxième fois je me sacrifiais&nbsp pour mon ex-leader. Je déplore l’attitude de Navin Ramgoolam à mon égard. Je n’ai reçu de lui que des cadeaux empoisonnés », soutient le nouveau membre du MSM. A l’issue de son passage à Islamabad, il avait, entre autres, fait l’objet d’allégations auprès de la Commission anti-corruption. Frustré, Rashid Meerun a rencontré le leader du MSM Pravind Jugnauth, qui l’a convaincu de changer de camp.

Très sûr de lui, l’ancien Haut-commissaire déclare qu’il aura un rôle important à jouer sur le plan politique. « Je reste à la disposition de mon parti le MSM, tant pour les municipales que pour les législatives », confie-t-il, avant d’ajouter qu’il occupe déjà le terrain au No. 3. Il doit rencontrer Sir Anerood ce jeudi 5 avril.

&nbsp

&nbsp

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires