Expérience vécue : Une prune et une casserole

Avec le soutien de

C’est connu, l’accueil dans un poste de police laisse souvent à désirer. Certains policiers ont autant le sens de l’accueil et du service qu’Anil Bachoo le sens de la mesure (dans ses propos). D’autres, par contre, y mettent les formes : polis et serviables. Si bien que cela en deviendrait presque suspicieux.

J’en veux pour preuve ma dernière visite dans un poste de police. Tout commence par un coup de fil m’informant que j’ai été flashé et pris en photo par un radar fixe. A l’autre bout de la ligne, l’officier, courtois, m’invite à le rencontrer au poste où il est affecté pour identifier le conducteur au volant de la voiture en question. Rendez-vous est donc pris le lendemain.

Au poste, on me met sous le nez la photo en question. C’est bien moi au volant. Pour 6 km/h au-dessus de la vitesse autorisée, me voilà soulagé de Rs 2000. Les formalités administratives accomplies, l’officier, après avoir échangé quelques blagues, me demande cette fois de prendre place dans une pièce adjacente.

Une fois assis à une table, il déroule : « Bon, sa zafer lamann la inn regle. Aster moti anvi koz ar ou lor enn lot kitsoz. » Mon interlocuteur marque un temps d’arrêt, se lève, se dirige vers la porte de la pièce, la referme et revient s’asseoir en face de moi. Il s’accoude à la table, baisse d’un ton, et m’explique qu’il travaille à temps partiel pour une entreprise qui commercialise des casseroles « tip top » et qu’il serait ravi de m’en vendre quelques-unes. Pendant un quart d’heure, l’officier me fera l’article, vantant tantôt la longévité de sa camelote, tantôt les bienfaits d’une cuisine allégée en graisse. Qui a dit que la police était débordée ! Comme quoi, il ne faut pas toujours croire ce que disent ces journaleux.

Eberlué – ou plutôt en mode WTF –, j’étudie mes options : applaudir ce digne représentant du « morisien traser » ou live-twitter cette scène surréaliste. Se prendre une prune et une casserole dans une même journée, ça n’arrive pas très souvent. Je ne sais pas pour vous, mais je ne regarderai plus jamais un poste de police de la même façon. Je sais désormais où aller pour m’acheter un ustensile de cuisine.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires