Etats-Unis : Barack Obama s’engage à mettre fin à la guerre en Irak

Avec le soutien de

Dans son discours sur l’état de l’union devant le Congrès, le Président des Etats-Unis s’est engagé à mettre fin à la guerre en Irak. Il a aussi plaidé pour la création d’emploi et la réforme du système de santé.

Barack Obama a&nbsp réitéré sa promesse de faire revenir "toutes les troupes engagées en Irak" aux Etats-Unis d''''ici août. "Cette guerre se termine", a assuré le Président américain dans son discours sur l’état de l’union devant les parlementaires au Capitole.

Sur le dossier afghan, Barack Obama s''est montré plus prudent, avertissant le Congrès que "des temps difficiles" attendaient les Américains. Il s''est toutefois dit confiant en la réussite des Etats-Unis et des autorités afghanes dans leur lutte contre les talibans.

L''emploi sera la "priorité" pour 2010

Le président américain a, d’autre part,&nbsp affirmé que l''emploi devait être "la toute première priorité en 2010" pour son discours sur l''état de l''union.

"Je veux voir un projet de loi consacré à l''emploi sur mon bureau sans délai", a-t-il insisté, en expliquant que les efforts des législateurs devaient s''orienter vers les petites et moyennes entreprises, et en proposant un crédit d''impôt pour les entreprises qui embauchent et des exonérations d''impôt pour celles qui investissent.

Il a proposé de mettre à contribution les banques sauvées du naufrage par le coûteux plan de sauvetage financé par les Américains, en consacrant 30 milliards de dollars "remboursés par Wall Street" au financement des petites et moyennes entreprises.

Le président a justifié la nécessité de sauver les banques pendant la crise financière, tout en expliquant qu''il avait "détesté" mettre en œuvre ce plan.

Ne pas abandonner la réforme du système de santé Barack Obama a également appelé le Congrès américain à ne pas renoncer à réformer le système de santé "si près du but",

"D''ici à la fin de mon discours ce soir, des Américains auront encore perdu leur couverture santé. Des millions d''Américains perdront leur couverture cette année. (...) Des patients se verront refuser les soins dont ils ont besoin", a déclaré le président américain.

"Je n''abandonnerai pas ces Américains. Et les membres de ce Congrès ne devraient pas abandonner ces Américains", a-t-il insisté, avant de plaider: "Ne tournez pas le dos à cette réforme. Pas maintenant. Pas si près du but".

Le Président américain avait fait de cette réforme un élément central de son premier mandat. Un revers électoral des Démocrates dans l''élection sénatoriale partielle du Massachusetts le 19 janvier, synonyme de perte de la majorité qualifiée au Sénat, a sérieusement compromis le projet. Le texte est à l''heure actuelle en souffrance entre la Chambre des représentants et le Sénat.

"J''assume ma part de responsabilité pour n''avoir pas assez bien expliqué le projet aux Américains", a-t-il aussi reconnu, avant d''en appeler à l''unité nationale: "Trouvons un moyen de nous rassembler, et de terminer le travail, au bénéfice du peuple américain".

Barack Obama a introduit ce sujet sur lequel il était très attendu en expliquant sur le ton de la plaisanterie qu''il n''avait pas souhaité se saisir de cette réforme pour faire "une bonne affaire politique".

En ouverture de son discours, Barack Obama, contesté après un an au pouvoir, a assuré que sa confiance "en l''avenir des Etats-Unis" n''avait "jamais été aussi importante qu''aujourd''hui".

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires