Ernest Wiéhé, bye-bye saxo

Avec le soutien de

Ernest Wiéhé (photo), l’homme au saxo en or s’est éteint hier. Ses doigts ne voleront plus sur les notes. Son souffle ne nous fera plus jazzer.

Son nom est indissociable du jazz. Il semble même qu’au début du jazz chez nous, il y avait lui. L’homme sensible, le musicien à l’oreille développée qui a su donner leur chance à tant d’autres. Car si Ernest Wiéhé savait faire une chose, c’est bien fédérer. Réunir autour de lui des talents : José Thérèse, Philippe Thomas, Noël Jean, Linley Marthe et tant d’autres. Que ce soit en quartet, en nine-piece, en big band ou en groupe de dix, Ernest Wiéhé faisait swinguer salles de concerts et public.

Pour sortir le jazz dans les ghettos qui l’enferment. Virtuose, il ne l’était pas seulement. Il savait aussi se faire douceur, pour accompagner du haut de sa sensibilité des jeunes voix. Ainsi, il a été au côtés de Marie Luce Faron, puis de Gina Jean- Charles. La preuve qu’Ernest Wiéhé, qui a fait Traditionnal Odyssée dans les années 90, était bien de son temps.

Il y a une plus de vingt cinq ans, il quittait les Etats- Unis où il enseignait à l’université de Berkley à Boston. Il était revenu à Maurice pour des vacances. Il n’est jamais reparti. Lui-même le disait.

«Je me suis laissé emporté par la vie.» A tous ceux que son deuil afflige, nous présentons nos sincère condoléances.

&nbsp

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x