Eric Mangar : «Le combat continue pour neuf autres ex-planteurs de Riche-Terre»

Avec le soutien de

Eric Mangar, du comité de soutien au combat des ex-planteurs de Riche-Terre, va se battre pour d’autres agriculteurs qu’il estime lésés. Il soutient que le ministre Faugoo devrait faire preuve d’humilité.

Pourquoi les trois grévistes ont-ils décidé de mettre fin à leur mouvement de protestation ?

La majorité d’entre eux sont satisfaits de la proposition du gouvernement.

Mais n’est-ce pas la même proposition que celle faite aux ex-planteurs au départ ?

Non, elle inclut une nouvelle option. Si jamais certains parmi treize d’entre eux ne veulent plus retourner à la terre, outre les Rs 120 000, avec intérêts, par arpent, le gouvernement est disposé à payer Rs 276 760 (donc Rs 35 650 par arpent à compter de juillet 2007 jusqu’à la fin du bail se terminant en août 2015). Les ex-planteurs sont heureux d’avoir droit à cette option.

Le gouvernement n’approuve pas le rapport Noël-Ramkissoon,&nbspparce que ces derniers&nbsprecommandent la même compensation aux 22 ex-planteurs de Riche Terre. Selon le ministre Faugoo, seuls treize des 22 ex-planteurs cultivaient encore leurs terres au moment des fields surveys conduits par l’AREU et l’Irrigation Authority. Qu’en pensez-vous ?

Ces constats de l’AREU et l’Irrigation Authority ne sont pas crédibles. Les neuf autres ex-planteurs n’avaient pas abandonné leurs terres. Il faut noter que des agriculteurs peuvent laisser reposer leurs terres pendant trois à cinq mois parfois. Afin d’effectuer une rotation ou pour briser les cycles des maladies.

Comment réagissent ces neuf personnes face au fait que le gouvernement fasse une distinction entre les ex-planteurs ?

Je l’ai dit, la majorité d’entre eux sont satisfaits de la proposition du gouvernement. Ces neuf ex-planteurs ne sont pas tout à fait satisfaits de ce qui leur est proposé spécifiquement. Dans ce sens, même si la grève de la faim est finie, le combat ne s’arrête pas là. Personnellement, dès la semaine prochaine, je ferai un plaidoyer auprès du ministère de l’Agro-industrie pour essayer d’obtenir de meilleures conditions de compensation pour ces neuf ex-planteurs. Outre la compensation de Rs 120 000 avec intérêts par arpent qui leur est proposée, le gouvernement a dit qu’ils pourraient avoir droit à des terres et qu’il étudiera leurs demandes, au cas par cas. Je suis disposé à aider les ex-planteurs intéressés à formuler leurs demandes.&nbsp

Le ministre Faugoo est persuadé, d’une part, que la grève de la faim n’avait pas lieu d’être. D’autre part, que les ex-planteurs étaient soutenus par des personnes qui avaient un hidden agenda. Quel est votre avis sur ces opinions ?

Premièrement, les ex-planteurs ont repris leur grève de la faim pour attirer l’attention d’autres personnes dans le gouvernement que le ministre Faugoo. Le ministre de l’Agro-industrie sait très bien qu’auparavant, il nous a menés en bateau. De plus, les ex-planteurs et le comité de soutien ont eu beaucoup de difficultés en ce qui le concerne, sur le plan de la communication. Nous ne pouvions pas progresser avec lui. Quand le comité interministériel a été mis en place, c’était une première victoire. Le ministre Faugoo n’allait pas être, au sein du comité interministériel, le seul à décider. Puis, le gouvernement a décidé de publier le rapport Noël-Ramkissoon, c’est une autre victoire. Je pense que le ministre Faugoo doit être humble et à apprendre de cette expérience. Deuxièmement, je ne pense pas que ceux qui soutenaient les ex-planteurs et les grévistes avaient des hidden agenda.

En conclusion, comment s’est passée la fin de la grève de la faim ?

Oui, ce fut un soulagement ! Pour commencer, les grévistes ont bu du jus et ont mangé des aliments légers.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires