Entrepreneuriat : «Ti Mamzel» se lance dans l’exportation

Avec le soutien de

Quelques mois après le début de ses activités, l’entreprise rodriguaise «Ti Mamzel» prend de l’altitude. Elle a exporté une première cargaison de serviettes hygiéniques à Maurice la semaine dernière. Le groupe d’une vingtaine de femmes de Cité-Patate à la base de cette unité de production va bientôt fonder une société afin de bénéficier des facilités disponibles pour explorer le marché régional.

Depuis la semaine dernière, l’entreprise Ti Mamzel a pris un nouveau tournant avec l’expédition d’une première cargaison de serviettes hygiéniques de la marque Ti Mamzel. Le produit sera disponible dans les supermarchés Winner’s. C’est une grande fierté pour Corinne Marianne, une des femmes originaires de Cité-Patate, qui a gagné en confiance depuis son engagement dans ce projet économique.

«Mo byen kontan parski se ki nou pe fer dan Rodrig pe kapav al vande Moris. Sa montre ki nou capav fer kit soz bien», a-t-elle souligné. Sa collègue Anastasia Raphael abonde dans le même sens. «Avan mo ti pe asize dan la cour. Zordi mo kapav vinn travay 3 fwa lasemen e gagne larzan pou soign mo zenfan.» Et à Annick Spéville d’ajouter : «Aster bizin travay plis, pou gagn plis.»

En raison des nouvelles commandes obtenues de Maurice, elles ont décidé d’augmenter les heures de travail. Anooradah Pooran de l’Association pour l’éducation des enfants défavorisés (APED) se dit très satisfaite de l’esprit d’équipe et de la volonté de travailler qui règne chez ces femmes. Elle considère qu’il faut maintenant passer à une étape supérieure afin de bénéficier du soutien d’Enterprise Mauritius pour pouvoir explorer le marché régional.

Les responsables de cette initiative ont rencontré la presse, jeudi 1er août, à Petite-Butte. Le groupe a commencé à fabriquer des serviettes hygiéniques, le 20 mars dernier, au centre communautaire de Petite-Butte. Pour l’instant, les femmes engagées dans cette activité travaillent en groupe de dix en alternance pendant quatre heures, pour produire 300 serviettes hygiéniques par jour. Le produit qui est très compétitif sur le marché local est à ce jour écoulé dans les collèges et dans 40 points de vente à travers l’île.

Ce projet a bénéficié de l’aide accordée sous le programme de la coopération décentralisée de l’Union européenne (DCP). La responsable locale de ce guichet, Marietta Agathe, était présente jeudi dernier. Elle a assuré les bénéficiaires du soutien de son organisation qui vise à rendre le projet soutenable à long terme. Le DCP apporte à ce projet un financement à hauteur de Rs 400 000 pour l’achat d’équipements et des matières premières.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires