En Irlande : Un infirmier mauricien accusé de maltraitance dans une maison de retraite

Avec le soutien de

Shivsangar Poorun, dit Kevin, un infirmier de 33 ans, est accusé d’avoir agressé des patients dans un home au sud de Dublin. Il nie les faits, disant être victime d’un règlement de compte.

Les Mauriciens n’ont décidément pas bonne presse en Irlande… Quinze jours après la condamnation d’Ashik Sabeer Imamboccus pour agression caractérisée sur sa petite amie polonaise, Jadwiga Marek, à Dublin, c’est au tour de l’infirmier Shivsangar Poorun, dit Kevin, d’être accusé d’agression sur les pensionnaires d’une maison de retraite, la Rostvenor House Nursing Home, à Rathgar, au sud de la capitale irlandaise.

Des allégations ont été proférées contre le Mauricien il y a un mois. Il lui est reproché, entre autres choses, d’avoir cogné la tête d’un vieil homme contre une porte. Agé de 33 ans, il a travaillé dans cet établissement quatre ans durant mais ce n’est qu’en début d’année qu’il a obtenu son diplôme d’infirmier, ont allégué ses détracteurs.

Kevin Poorun, lui, dément toute agression sur les vieilles personnes à sa charge, indiquant qu’il est victime de vengeance de la part de ses collègues. C’est en tout cas le même discours tenu par sa patronne, Sarah Lipsett, par ailleurs avouée de profession, qui déclare que des membres du personnel ont lancé des allégations en l’air alors que les vingt-trois pensionnaires n’ont émis aucun reproche.

Cinq pensionnaires auraient été victimes d’agression par le Mauricien selon ses détracteurs. La police a ouvert une enquête alors que les autorités sanitaires irlandaises, à travers la Health Information and Quality Authority (HIQA), ont placé le home sous sa tutelle. Mais Sarah Lipsett défend Kevin Poorun, le qualifiant de « wonderful ».

La directrice de la maison de retraite explique n’avoir jamais reçu des plaintes contre le Mauricien. Au contraire, dit-elle, les pensionnaires et les autres membres du personnel indiquent « qu’il est une personne amicale et gentille ». Elle rejette les allégations d’agression contre un malade, indiquant que celui-ci n’a pas toute sa tête.

Sarah Lipsett a fini par loger une demande en cour afin de renverser la décision des autorités sanitaires de fermer leur maison de retraite et à transférer les pensionnaires dans un autre home.

Les tabloïds anglais, eux, se sont vite emparés de l’affaire. Le Daily Mail a mis à jour plusieurs cas de maltraitance et de non respect des normes sanitaires. Outre le cas d’un patient qui a chuté par une fenêtre et qui n’a pas reçu à temps les soins appropriés, le Daily Mail rapporte qu’un autre infirmier avait commis des attouchements sur une patiente en 2005. Il avait été remercié avec une lettre de référence, ce qui pouvait mettre en danger d’autres personnes.

L’infirmier a fini par être rayé du registre des infirmiers en 2008 après ouverture d’une enquête suite aux allégations de ses anciens collègues. La mère de Sarah Lipsett, Therese, l’ancienne patronne du home, a également été sanctionnée pour n’avoir rien dit de cette affaire où il a été établi que l’infirmier soumettait une patiente âgée à des attouchements.

Therese Lipsett ayant été placé sur liste rouge sous son nom de jeune fille, nul n’en a rien su sur cette affaire. Le home continuait à fonctionner et rien que l’an dernier, il a perçu des aides totalisant 700 000 livres. Dans le cas de Kevin Poorun, une enquête est en cours pour établir s’il a bel et bien frappé des patients.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires