Elections syndicales : Imrith et Benydin s’affrontent pour le poste de président

Avec le soutien de

Les élections au sein de la «Federation of Civil Service and Other Unions» sont prévues dans deux jours. Rashid Imrith et Toolsyraj Benydin briguent la présidence. L’un comme l’autre estime qu’ils ont des compétences à partager dans le monde syndical et qu’ils ont tout pour vaincre.&nbsp

«Je souhaite un dernier mandat pour préparer la relève avec des jeunes et encourager les femmes à participer davantage au sein de la fédération», indique Toolsyraj Benydin, président sortant de la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU). Les élections au sein de cette fédération syndicale se tiendront le 13 mai prochain. Comme Toolsyraj Benydin, le syndicaliste, Rashid Imrith, président de la Government General Services Union, entend bien, lui aussi, parvenir à la présidence. La joute s’annonce serrée d’autant plus que tous deux ont déjà assumé la présidence et ont donc une certaine expérience dans le domaine.

Les élections au sein de la FCSOU se tiennent tous les deux ans. La FCSOU compte environ 80 syndicats affiliés. Rashid Imrith avait été élu à la présidence de 1994 à 2002. «Mon principal souci, c’est de trouver la personne qui pourra résoudre les problèmes après le 13 mai. Apart Rashid Imrith pena personn», souligne-t-il. Il définit quatre principales priorités pour son présent mandat. Il souhaite d’abord une révision de la formule de comptabilisation de la pension. Il se préoccupe également de la compensation salariale destinée notamment à ceux qui auraient dû obtenir Rs 200 en juillet 2009, mais qui n’en ont pas bénéficié. Rashid Imrith compte également militer pour que des postes vacants au sein de la fonction publique soient comblés. Autre priorité : obtenir que des fonctionnaires insatisfaits de leurs conditions de travail puissent être accompagnés d’un représentant syndical lorsqu’ils font une plainte officielle.&nbsp

Déterminé, Toolsyraj Benydin l’est tout autant. «Mission penkor termine bizin prepare la relev.» Il soutient que la victoire lui est acquise d’autant plus que «j’ai fais mes preuves au niveau international», indique-t-il. Il ajoute que ce mandat sera son dernier, car, selon lui, un président ne devrait pas assumer ce poste pendant plus de trois ans. Et de lancer une pique envers son adversaire qui a assumé la présidence huit ans durant…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires