Elections générales : Les acteurs prennent place avant le début de la campagne électorale

Avec le soutien de

Le paysage politique est plus clair. Le vendredi 19 mars paraît comme un tournant. Finies les tergiversations autour des éventuelles alliances. Chacun des acteurs politiques semble avoir choisi son camp.

L’alliance entre le Parti Travailliste (PTr) et le Mouvement Militant Mauricien (MMM) n’est plus d’actualité. « Fin des négociations » a annoncé le leader du MMM&nbsp à son bureau politique, dans l’après midi du vendredi 19 mars.
Les Mauves étaient dans une position inconfortable. Après des discussions entre Navin Ramgoolam et Paul Bérenger, les partisans du MMM s’attendaient à la signature d’un accord avant la rentrée parlementaire, le mardi 23 mars. Bérenger avait même laissé entendre qu’il démissionnerait de son poste de leader de l’opposition, si un accord PTr-MMM était conclu. Il s’était accordé un temps d’attente jusqu’à la fin de la semaine.

Mais voilà ! A vendredi, le Premier ministre n’avait pas fait un geste en direction des Mauves. Ces derniers n’ont pu qu’en tirer les conséquences. Ils se préparent maintenant à rendre public leur plan B.

Comme par coïncidence le PTr ou plus particulièrement les partisans du Vice-Premier ministre Rashid Beebeejaun organisaient une démonstration de force à Plaine-Verte, ce même vendredi 19 mars, tard le soir. Il n’est un secret pour personne que cette aile travailliste est opposée&nbsp à une alliance PTr-MMM.

Les banderoles placées dans Port-Louis étaient éloquentes. Elles portaient les effigies de Navin Ramgoolam et de Rashid Beebeejaun et proclamaient « Ramgoolam-Beebeejaun même vision ». Dans le même temps, des proches du VPM, à l’image du ministre Sylvio Tang et le Lord Maire Sheik Mukhtar Hossenbaccus, disaient que « Beebeejaun doit rester le No 2 du gouvernement dans n’importe quel cas de figure ». Une façon de dire non à un tandem Ramgoolam-Bérenger, à la tête du pays.&nbsp&nbsp

A Curepipe, ce vendredi, Xavier-Luc Duval et d’autres orateurs du Parti Mauricien Social Démocrate (PMSD), se réjouissaient des déboires du MMM et ridiculisaient Paul Bérenger. Le leader du PMSD a choisi la métaphore de la jeune fille qui est sans cesse repoussée par son fiancé pour expliquer « qu’il n’y aura pas d’alliance PTr-MMM parce que Ramgoolam n’en veut pas ». Xavier-Luc Duval a ajouté : « Que Bérenger ne vienne pas parler de macadam PMSD pour expliquer son échec à concrétiser une alliance avec le PTr ».

De son côté, Pravind Jugnauth le leader du Mouvement Socialiste Militant (MSM) prépare ses troupes à une éventuelle alliance avec les Travaillistes. « Il faudra accepter de faire des concessions », leur a-t-il dit.&nbsp

Quant à Navin Ramgoolam, il se garde bien de commenter toutes ces agitations autour d’une éventuelle alliance avec son parti. Interrogé par la presse sur ce qu’il pense de la démarche&nbsp de Pravind Jugnauth, il a simplement répondu par un laconique : « C’est bien ! »


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires