Elections générales : Lalit mènera campagne pour l’abolition du Best Loser system

Avec le soutien de

C’est le premier parti à avoir présenté son programme en cette période de campagne électorale. Mais si Lalit n’aligne pas de candidats pour les élections, il compte cependant mener campagne pour une économie alternative.

&nbsp«Ce programme est radicalement différent des programmes gouvernementaux qui procèdent étape par étape et qui vacillent d’un programme minimal correspondant plus au moins au statu quo à un programme maximal qui a des prétentions d’amener une rupture avec le système capitaliste par l’accumulation graduelle de réformes», soutient Lalit. C’était hier, 13 avril, lors d’une conférence de presse dans le bâtiment de Ledikayson Pu Travayer, situé à Grande-Rivière. Le parti y a présenté son programme «pour la révolution» et a fait une analyse de la situation économique actuelle. Il a également formulé des demandes transitionnelles et a proposé un plan pour populariser ces requêtes.

Ce parti souhaite que l’Etat n’octroie plus de permis qui, au final, nuisent aux terres agricoles. Il réclame ainsi la mise sur pied d’une Renewable Energy Development Authority. Un de ses plus importants plaidoyers : l’abolition du «best loser system» communal dans le cadre d’une réforme électorale généralisée.

Dans son programme sur la classe des travailleurs, Lalit critique la promulgation de l’Employment Relations Act et l’Employment Rights Act en 2009. Ce parti souligne la nécessité de continuer la lutte pour la révocation de ces deux nouvelles lois du travail afin qu’un cadre légal permettant aux travailleurs de revendiquer de meilleurs droits et conditions salariales soit instauré.

Dans la partie bilan de son programme, Lalit souligne notamment son soutien pour la décriminalisation de l’avortement et sa bataille pour que la langue maternelle soit introduite à l’Assemblée nationale et à&nbsp l’école. Le parti rappelle également sa lutte pour la fermeture de la base militaire à Diego Garcia et pour la restitution des Chagos aux Chagossiens, ainsi que sa participation au combat contre le VIH-Sida et la drogue.

Ram Seegobin, un des porte-parole de Lalit, affirme pou sa part que l’objectif de ce parti est de bâtir une opposition extra-parlementaire. «Nous avons réalisé que l’opposition parlementaire ne joue pas son rôle», souligne-t-il.

Lalit compte ainsi faire circuler son «programme pour la révolution» dans toutes les branches de ce parti. Ses militants sont appelés à le «propager pour convaincre les travailleurs, organisations de travailleurs et autres groupes représentant les opprimés, de l’adopter». Le parti est d’avis que la classe des travailleurs peut être le moteur d’un vrai changement à Maurice.

Evoquant les différents partis qui se présentent pour ses élections, Ram Seegobin soutient que l’Alliance du Coeur «ne mérite pas la confiance de la masse des gens», et l’Alliance de l’Avenir, «encore moins». Il déplore le fait que ces deux alliances n’aient pas présenté leurs programmes jusqu’à présent.

Ce porte-parole de Lalit ne croit pas que l’Alliance du Cœur viendra de l’avant avec un programme qui le démarquera de l’autre alliance, puisque «que ce soit le PTr ou le MMM, les deux ont la même politique économique et sociale». C’est pourquoi le parti dit souhaiter que ses partisans ne votent pas pour les candidats de ces deux alliances, Mais Ram Seegobin dit attendre les listes définitives des candidats aux élections avant de donner un mot d’ordre de vote.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires