Elections du Comité olympique mauricien : La cour récuse Fakun, Tiborcz et les cinq nouvelles fédérations

Avec le soutien de

Le couperet est tombé hier en fin d’après-midi. L’assemblée générale élective du Comité olympique mauricien (COM) se fera, aujourd’hui, à l’hôtel Gold Crest à Quatre-Bornes à partir de 16h30, sans les représentants des cinq nouvelles disciplines et ceux d’haltérophilie et de natation. Ainsi en a décidé la Cour suprême dans un jugement rendu hier après la bataille légale entre les deux blocs qui s’affrontent pour les élections du mouvement olympique local.
 

C’était attendu et le verdict du juge Bushan Domah donne raison à Alain St-Louis en émettant une injonction contre la participation de sept dirigeants de fédérations au scrutin du COM. Les représentants des disciplines nouvellement créées, avirons, canoë-kayak, escrime, hockey et pentathlon moderne, Nunkishore Fakun (haltérophilie) et Doreen Tiborcz (natation) ont été interdits de participer aux élections par la Cour suprême.
 

Concernant les cinq nouvelles fédérations, le juge Domah observe : «Under the Sports Act, a federation cannot be a shell entity but one that is genuine and serious. It should be engaged in specific, real and ongoing activities. Sham bodies within the Olympic regime would act as a virus in the noble vision of the Sports Act and the Olympic Charter. It was incumbent upon the respondent to meet this crucial criteria after the averment which has been made by the applicants that the organizations are a sham and a fake, set up only for the purposes of rigging the proposed elections.»
 

Dans le cas de la participation de Nunkishore Fakun (haltérophilie) et de Doreen Tiborcz (natation) au scrutin du COM, Bushan Domah juge que ces deux fédérations ne sont plus en conformité avec le Sports Act du fait qu’elles ne bénéficient plus de la reconnaissance des autorités locales compétentes : «I note that they have been suspended. As a result, the membership of their representatives has been terminated.»

Le COM envisage de faire appel

Dans son verdict, le juge Bushan Domah décrète que la participation de ces cinq nouvelles fédérations et celle de Fakun et de Tiborcz n’ont pas leur raison d’être. «If they are allowed to participate in the proposed elections, it is more likely than not that the election would be declared null and void. It is a fundamental principle that the elections should be conducted in a fair and free manner. (…) On the present state of play, those federations cannot be in the list of voters at the scheduled election.»

Ce dénouement ne peut que ravir Alain St-Louis, celui qui avait juré un affidavit le 8 mars dernier pour contester ces pratiques. «C’est une victoire de la justice avant tout. A présent, on peut procéder aux élections de manière plus juste et équitable pour tout le monde. Il va de soi que nous n’avons pas encore remporté les suffrages. Que le meilleur gagne maintenant», laisse entendre le secrétaire de la fédération de triathlon.

A la lumière de cette injonction, les données changent fondamentalement pour le scrutin de cet après-midi. La liste des votants passent désormais de 28 à 21 délégués, puisque les représentants d’avirons, du canoë-kayak, de l’escrime, de l’haltérophilie, du hockey, de la natation et du pentathlon moderne auront juste le droit de se présenter à l’assemblée générale pour exprimer leurs points de vue, comme le préconise le juge Domah dans son ordre.

A bien voir, le président sortant du COM a le plus à perdre avec l’interdiction au vote des membres de ces sept fédérations. Il nous revient que le COM envisage la possibilité de faire appel de ce jugement. Pour rappel, Philippe Hao Thyn Voon brigue un second mandat après avoir été toujours élu au sein du mouvement olympique depuis deux décennies. Jean-Michel Giraud le défie pour la deuxième fois après avoir connu la défaite en 2009.

Verdict des urnes ce soir sauf dernier revirement situation. Chose à ne pas écarter !



Présence des émissaires internationaux

Un nouveau coup de théâtre possible ?

Le scrutin du COM se déroulera sous la supervision de deux émissaires internationaux. Le vice-président de l’Association des comités nationaux olympiques africains (ACNOA), Mustapha Berraf, est à Maurice depuis lundi alors que Jérôme Poivey, le responsable des relations institutionnelles au sein du Comité international olympique (CIO), est attendu chez nous ce matin. L’Algérien et le Français ont été dépêchés, à la demande du COM, pour superviser ses élections. Il va de soi qu’ils ne sont pas là qu’en tant que simples observateurs. Certains prédisent même un coup de théâtre à l’heure des suffrages. Attendons voir…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires