Election partielle à Petite-Rivière: sept candidats en lice, dont une femme

Avec le soutien de

Le «Nomination Day», à l’école primaire de Petite-Rivière, en ce mercredi 15 janvier, dans le cadre d’une élection partielle prévue le 9 février. L’objectif : élire un nouveau conseiller.

L’objectif : élire un nouveau conseiller à Petite-Rivière pour remplacer celui dont l’élection a été déclarée «null and void». Pour ce faire, un exercice de dépôt de candidatures a eu lieu entre 9 heures et 15 heures, en ce mercredi 15 janvier, à l’école primaire du village. Parmi les sept candidats en lice pour cette élection partielle prévue le dimanche 9 février, figure une seule femme : Marie Daniella Résidu.

Il a été condamné pour un délit de drogue en 2011 par la cour de district de Bambous. Raison pour laquelle le conseiller Naredeosing Keenoo, dont l’élection a été déclarée «null and void» par la Cour suprême, devra être remplacé. A cet effet, une élection partielle se tiendra le dimanche 9 février à Petite-Rivière. Un exercice de dépôt de candidatures s’est tenu en ce mercredi 15 janvier à l’école primaire du village. Parmi les sept candidats en lice, l’on retrouve une seule femme : Marie Daniella Résidu.

Il s’agira de la dernière élection partielle se tenant dans un village ou un arrondissement de la ville. En cause : les amendements apportés récemment à l’article 42 de la Local Government Act. Ceux-ci stipulent que tout élu disqualifié par la Cour sur la base d’un délit criminel sera remplacé par le candidat battu avec le plus grand nombre de votes, indépendamment du parti dont est issu ce dernier.

Ces amendements, comme l’avait expliqué le ministre des Administrations régionales, Hervé Aimée, visaient justement à éviter d’autres partielles. Car, l’organisation de ces élections coûtaient en moyenne entre Rs 25 millions et Rs 30 millions.

Dans ce cas, pourquoi n’a-t-on pas choisi un autre candidat sur la Reserve List du parti dont est issu Naradeosing Keenoo ? Selon le ministre, c’est la Cour suprême qui a ordonné une élection partielle. Si l’État voulait remettre en question ce jugement, poursuit-il, il aurait dû faire appel devant le Privy Council. Ce qui aurait occasionné de grosses dépenses.

Maintenant que des amendements ont été apportés à la Local Government Act, tout élu qui démissionne sera remplacé par un candidat figurant sur la liste de réserve de son parti.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires