Ecologie : Tous à Lunivert

Avec le soutien de

Des expositions, des contes et des ateliers de sensibilisation : voilà ce qui vous attend du 17 au 19 juin à l’Institut français de Maurice dans le cadre du festival Lunivert.

Se mettre au vert et «agir des mains tenant», c’est ce que nous propose le festival Lunivert du 17 au 19 juin à l’Institut français de Maurice (IFM) à Rose-Hill. L’événement est organisé par deux organisations non-gouvernementales (ONG) notamment Un monde de Symbiose et STEADY, en collaboration avec le Kolektif Revey Twa et l’IFM. Pour l’occasion, une pléiade d’activités sera proposée. Le public est ainsi invité, trois jours durant, à découvrir des expositions d’installations, de peintures ou de photos mais également des ateliers de sensibilisation et des contes. Le festival prendra fin le 19 juin par une fête de la musique qui verra la participation de bon nombre d’artistes.

La mise sur pied d’un tel festival a été initiée dans le but de mieux faire connaître aux Mauriciens la diversité faunistique et floristique de notre île. «Sophie Robin et moi travaillons ensemble sur un projet relatif aux espèces et nous avons réalisé que les Mauriciens ne sont pas conscients de leur patrimoine culturel et ne connaissent pas vraiment les différentes espèces qu’il y a ici. C’est ainsi que nous avons essayé d’organiser ce festival», explique Mesack Sham, naturaliste et attaché à Un monde de Symbiose, une ONG franco- mauricienne qui a pour vocation de réconcilier l’homme et son environnement afin de favoriser un développement durable de notre planète.

Divers ateliers

Le point fort de ce festival réside dans divers ateliers prévus notamment pour les enfants d’une quinzaine d’écoles mais également pour les adultes. Ces ateliers qui se tiendront principalement en matinée et en journée ont pour but de sensibiliser le plus grand nombre à l’environnement et la biodiversité, d’initier aux éco-gestes simples que chacun peut pratiquer quotidiennement et à la récupération, comme quoi «jeter» n’est pas l’unique solution. «Au fil du temps par rapport au développement et au train de vie adopté par les habitants, la biodiversité a changé. Nous comptons faire une exposition montrant la biodiversité d’autrefois et celle d’aujourd’hui. Nous allons également mettre en place un atelier pédagogique pour apprendre aux gens à mieux connaître leur environnement, ce qui permettra d’identifier les problèmes et d’essayer d’y apporter des solutions », déclare Mesack Sham.

Cependant, qu’en est-il de l’après-festival ? Si les organisateurs occupés à tout mettre en oeuvre pour la réussite de cet événement n’ont pour l’instant pas de projets concrets, ils comptent toutefois «continuer à faire passer le message et essayer de sauver ce qui reste», explique Mesack avant d’ajouter «qu’il y a beaucoup de travail à faire par rapport à l’état actuel des choses». Si «l’état actuel des choses» ne semble guère réjouissant, il ne tient qu’à nous de l’améliorer en commençant dès maintenant.

Christine TURENNE


Agenda

Jeudi 17 Juin

9h30-14h30: Atelier scolaire
15h-17h : Atelier Grand public
Thèmes des ateliers : Biodiversité et environnement, Ecogestes,
Initiation écolo-artistique, Initiation Zik
18h- 22h : Soirée Cocktail-Vernissage-Projection avec l’Association pARTage
Krishna Lutchmun, Gérard Foy, Aileen Familara (Philippines),
Sultana Haukim, Jean-Yves Ajalini, Catherine
Raghoonauth, Gaby Steel (Afrique du Sud), Armand Gachet
Entrée libre

Vendredi 18 Juin

9h30-14h30: Atelier scolaire
15h-18h : Atelier Grand public
19h-21h: Soirée Contes : Soire zistwar. Hommage à Fanfan
Avec Fanfan, la Compagnie Baba Sifon (Réunion), la Troupe Favory et d’autres artistes
Entrée libre

Samedi 19 Juin

(fête de la musique « Zic » pour le développement durable)
10h-18h: Atelier Grand public
9h30 – 22h : Exposition «PATRIMOINE NOU TI ZIL»
libre journée et soirée
12h-14h : Spécial Déjeuner écolo
18h-20h : Spécial Dîner écolo (18h- 20h)
Produits locaux, biologiques, ou équitables disponible au Café Baudelaire
20h-22h: Soirée «Zic» : Fet la mizik ekolozik
Avec, venant de France, Kersley Sham, Sébastien Perroner et Bastien Aubry (SILVOUPLAY), Nikola Raghoonauth et Timike. Venant de Maurice, Richard Beaugendre, Didier Baniaux, Nithin Duva Penthia et Vianney François (La Foule), Armand Gachet (CrossBreed), Norbert Planel et d’autres surprises !


Questions à…

Nicolas Bastien-Sylva du Kolektif Revey Twa

? Vous êtes un groupe engagé dans un combat contre les fléaux sociaux. Qu’est-ce qui vous pousse à vous engager ?

Dans la vie nous avons le choix entre être spectateur ou acteur. Nous, nous avons choisi d’essayer de faire bouger les choses et de changer les mentalités. Même si on n’a pas de gros moyens financiers, on fait dans la mesure du possible.

? Est-ce que s’associer à un combat contre les fléaux sociaux n’est pas une stratégie de marketing, un moyen de se faire connaître ?

Il y a bien sûr ceux qui font du business social, ce qui veut dire que plus il y a de fléaux, plus certains en profitent. Nous ne voulons pas nous frotter à ceux-là. Nous sommes des artistes qui veulent faire bouger les choses. L’année dernière, lorsque nous avons lancé la campagne Reggae kont sida pour conscientiser les gens sur le sida avec un regard plus artistique, nous avons essuyé beaucoup de critiques comme quoi nous n’avions pas la formation requise pour faire cela. Nous disposons de faibles moyens et ne sommes pas éligibles à la CSR (Corporate Social Responsibility). Nous ne pouvons donc faire comme PILS (Prévention Information Lutte contre le Sida) par exemple mais au final nous sommes complémentaires.

? Quelle est votre part de participation au festival Lunivert ?

Sophie Robin nous a approchés. Nous avons parlé du projet et donné des idées au sujet de la mise sur pied du spectacle, surtout au niveau de la décoration et de la communication. Par rapport à nos contacts, nous avons pu réunir une douzaine d’artistes pour illustrer les éco-gestes, ces gestes simples à faire au quotidien. Nous nous sommes également occupés de la campagne de presse.

? Pensez-vous que ce genre de concept va réellement conscientiser les gens ?

On peut dire que ce genre d’événement réunissant l’écologie, le culturel et le social est une première ici. Déjà, nous avons beaucoup de retour favorable sur les réseaux sociaux tels que Facebook. Entre les amoureux de l’art et de l’écologie, nous espérons que le message va passer. Mais il faudrait y avoir plus d’initiative de ce genre. D’ailleurs, nous comptons revenir avec ce festival l’année prochaine.

? Selon vous, l’art est-il un bon moyen de conscientisation ?

L’art interpelle. C’est un médium qui véhicule un message. Il joue sur le subconscient. C’est une façon subtile de parler de certaines choses taboues comme le sida. Selon une étude menée par la compagnie Rogers, il a été démontré que la chanson Le pays va mal lancée l’année a été écoutée par tous les jeunes interrogés. Ils n’ont pas seulement apprécié la chanson et le clip mais disent aussi avoir retenu le message de lutte contre la stigmatisation des PVVIH (Personnes vivant avec le VIH) véhiculé par la chanson. Selon eux, les paroles, les images et la musique sont un bon moyen de les atteindre et d’attirer leur attention.

? Quelle est l’importance de cette conception verte pour Maurice d’aujourd’hui et de demain ?

Elle est très importante pour nous, surtout quand nous savons qu’à Maurice il ne nous reste que 2% de réserve naturelle et que nous sommes le troisième pays au monde à perdre sa biodiversité. Cette conception verte est donc très importante pour le maintien de notre écosystème.

? Pensez-vous que les Mauriciens soient conscients de cet état des choses ?

Je n’étais moi-même pas conscient de cela avant de m’investir dans ce projet, mais maintenant c’est différent. J’ai appris les éco-gestes et je réfléchis toujours à deux fois avant d’agir afi n de diminuer le gaspillage. Il est nécessaire d’éduquer les gens pour qu’ils prennent conscience de leur impact sur la biodiversité.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x