Ecole Baichoo-Madhoo : Le concept de « Catchment Area » bafoué par des parents

Avec le soutien de

Le principe du « Catchment Area » est de permettre aux enfants de fréquenter l’école la plus proche de leur maison et d’y venir à pied. Pourtant, à l‘école Baichoo-Madhoo, ce n’est pas vraiment ce qui se passe.

lexpress.mu s’est rendu, ce vendredi matin, à l’heure de la rentrée des classes à Quatre-Bornes. Bon nombre d’enfants sont arrivés à bord de leur van d’école, certains venants de Paillote et de Candos.

Le concept de l’école à proximité de son domicile n’a pas été adopté par plusieurs parents de l’école Baichoo-Madhoo. Une circulation dense autour de cette école primaire chaque matin, selon les parents qui viennent à pied déposer leur enfant.

Et ce vendredi 13 janvier, un jour après la grande rentrée, ce sont les propriétaires d’autobus d’école qui sont les plus heureux. Ils ont repris leurs activités en allant chercher des enfants des régions comme Paillote, Candos et Sodnac pour les conduire jusqu’à l’école Baichoo-Madhoo.

« Nous récupérons des enfants qui habitent la région de Quatre-Bornes uniquement. Ils habitent suffisamment loin pour ne pas pourvoir faire le déplacement à pied vers l’école primaire. Et puis certains parents travaillent et n’ont personne pour déposer les enfants à l’école », nous affirme un des chauffeurs de van d’école, qui fait descendre ses petits passagers.

Quelques minutes plus tard, ce même chauffeur se fait aborder par une maman qui souhaite savoir s’il propose ses services aux habitants de Candos ou de Sodnac. D’autres parents ont retenu le service d’un chauffeur de taxi.

Du côté du bureau de la Zone 4 du ministère de l’Education, qui regroupe les écoles primaires de Quatre-Bornes, Vacoas, Bambous, Petite-Rivière, Case-Noyale ou Chamarel, l’on explique qu’un « Catchment Area » est établi autour de chaque école primaire.

« Pour Baichoo-Madhoo, ce sont toutes les maisons qui sont dans les parages de l’école, dans les petites ruelles qui entourent l’établissement », nous indique un cadre de ce bureau situé à Vacoas. Ce sont les mêmes informations que l’on obtient du ministère.

Toutefois, le ministère va plus loin. Le Catchment Area regroupe les enfants qui habitent autour de l’école mais notre source reconnaît qu’il y a bien un cafouillage autour des admissions dans les écoles primaires.

Il nous revient également qu’au ministère, l’on se penche sur une révision des critères du Catchment Area, surtout après ce qui s’est passé à l’école primaire Sir-Veerasamy-Ringadoo, à Sodnac. Rappelons que des parents avaient eu recours à des pratiques frauduleuses en espérant faire admettre leur enfant dans cette école du gouvernement.

Après une enquête du ministère et de la police, plusieurs demandes avaient été rejetées par manque de preuve d’adresse.
Dans une déclaration à lexpress.mu le ministre Vasant Bunwaree avait affirmé que le ministère prendrait toutes les mesures pour que le concept de Catchment Area soit respecté.

« Mais le ministère a également retenu la collaboration de la police pour que, dans certains cas où le ministère n’est pas satisfait des preuves fournies, le parent puisse se rendre au poste de police de Quatre-Bornes et demander qu’un policier fasse l’inspection de sa maison et certifie que la famille habite bien dans cette demeure », avait-il déclaré à lexpress.mu.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires