Duval: «La FSC surveille de près le conglomérat en infraction»

Avec le soutien de

Lors de la PNQ de ce jeudi 21 novembre, les opérations d’un conglomérat ont été passées à la loupe et le ministre des Finances a concédé que le groupe ne respectait pas les règlements de la FSC.

C’est le FMI qui a d’abord attiré l’attention des autorités sur les agissements de ce conglomérat qui possède également une compagnie d’assurances. Oui, le groupe est en infraction avec les règlements de la FSC, a concédé le ministre des Finances, lors de la PNQ ce jeudi 21 novembre…

Une telle pratique pourrait avoir des répercussions sur le système financier du pays. Telle est la mise en garde du Fonds monétaire international (FMI) quant aux opérations d’un conglomérat possédant une compagnie d’assurances, mais détenant aussi une Banking Licence. La question a été évoquée lors de la Private Notice Question (PNQ) du jeudi 21 novembre. Tout en concédant les faits, le ministre des Finances, qui répondait au leader de l’opposition, a expliqué que la Financial Services Commission (FSC) suit les choses de près.

Ce conglomérat avait été montré du doigt dans un rapport du FMI datant de 2012. Cela, parce qu’il ne respectait pas les normes financières exigeant qu’il ne réinjecte pas plus de 10 % de ses profits dans ses compagnies sœurs. Or, c’est justement ce qu’a fait ce groupe. C’est ce qu’a concédé le ministre Duval au Parlement. Mais, a-t-il souligné, depuis ce rapport, la Banque de Maurice et la FSC travaillent en étroite collaboration avec le conglomérat afin d’assainir cette situation. Le groupe a ainsi demandé un délai à la FSC pour se mettre aux normes, soit décembre 2014.

Ces agissements ne représentent aucun danger pour le pays, a aussi tenu à indiquer le ministre Duval. Tandis que le leader de l’opposition mettait en exergue le fait que le FMI a souligné que les répercussions pourraient être fatales sur le système financier du pays en cas de réclamations massives par des clients de la compagnie d’assurances. Paul Bérenger cite l’exemple des Caraïbes où, il y a 8 ans, tout un système financier s’était écroulé par la faute d’une compagnie d’assurances agissant à la manière d’un système de Ponzi.

Autre volet de la PNQ de Paul Bérenger : dans quelles circonstances ce conglomérat a-t-il pu obtenir une Banking Licence ? Ce qui a d’ailleurs été critiqué dans le rapport du FMI. Les permis ont été octroyés par la Banque de Maurice, a expliqué le ministre des Finances. Cela, lorsque le groupe a racheté une autre banque.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires