Discours programme : l’économie et la réforme électorale pour pouvoir contrer l’opposition

Avec le soutien de

Un nouveau programme gouvernemental constitue le va-tout de Navin Ramgoolam face à la tentative de déstabilisation enclenchée par l’opposition pour faire tomber le gouvernement. Objectif : contrecarrer les plans de l’opposition avec des mesures économiques exceptionnelles et un projet de réforme électorale.

Navin Ramgoolam espère donner un nouveau souffle à son gouvernement avec la lecture d’un nouveau discours programme, ce lundi 16 avril, par la présidente de la République par intérim. Le Premier ministre a déjà levé un coin de voile sur l’orientation de son gouvernement pour les trois prochaines années : priorité à l’économie pour rassurer la population et la réforme électorale pour contenir ses adversaires du jour.

Depuis l’annonce de la prorogation du Parlement le 13 mars dernier, le chef du gouvernement n’a pas raté une occasion de dire que la priorité de son gouvernement reste l’économie. Ainsi, le nouveau programme gouvernemental devra, selon toutes probabilités, avoir pour objectif de redonner confiance à la population et aux opérateurs économiques.

Mais les dirigeants de l’alliance Parti travailliste-Parti mauricien social démocrate (PTr-PMSD) sont venus jeter un doute sur la grande présentation de cet après-midi. La déclaration de Lindsay Morvan, porte-parole du PMSD, soutenu par ces camarades du PTr, notamment Patrick Assirvaden et Lormesh Bundhoo, laisse perplexe. « Il n’y aura aucune pilule amère », affirmait-il samedi dernier.

Il sera uniquement question d’améliorer la vie des Mauriciens en proposant des mesures économiques correctives. Navin Ramgoolam réussira-t-il à faire une omelette sans casser des œufs ? De toute façon, l’exercice s’annonce périlleux en cette période de turbulences politiques.

En ce qu’il s’agit de la réforme électorale qui sera proposée dans ce discours programme, l’opposition y voit une tentative de Navin Ramgoolam de semer la discorde entre le Mouvement militant mauricien (MMM) et le Mouvement socialiste militant (MSM). Le leader du MMM a d’ailleurs déclaré, lors de l’Assemblée des délégués le samedi 14 avril, que Navin Ramgoolam ne pourra en aucun cas « met choula » entre lui et son nouveau partenaire.

Quoi qu’il en soit, le Premier ministre, lui, ne se gênera pas pour inclure dans le projet de réforme électorale tous les points sur lesquels le MMM et le MSM n’ont jamais pu se mettre d’accord. L’importance de la réforme électorale pour le moment ne semble pas avoir pour objectif l’élargissement de l’espace démocratique mais plutôt une première épreuve de taille pour le « Remake de 2000 »

La réplique du MMM à ce discours programme attendra le mercredi 18 avril qui sera manqué par une première sortie publique conjointe de Paul Bérenger et de sir Anerood Jugnauth. Ils commenteront ensemble le projet de gouvernement de Navin Ramgoolam lors d’une conférence de presse. En attendant les députés du MMM et du MSM ne seront pas présents au Parlement cet après-midi. Ils boycotteront la totalité de cette séance qui se déclinera en deux parties.

Une première partie au sein de l’hémicycle sera consacrée à l’élection d’un nouveau Deputy Speaker et d’un nouveau Vive-Chaiman of Committees. La deuxième partie, en l’occurrence, la lecture du discours programme par Monique Oshan-Bellepeau aura lieu à Sir Harilall Vaghjee Hall.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires