Discours à la Nation : Ramgoolam dénonce des manigances pour pervertir les institutions

Avec le soutien de

Modernisation et maintien de la stabilité politique. Ce sont là les deux temps forts du discours du Premier ministre, à la Nation diffusé peu après 17 heures, le lundi 12 mars 2012.

L’allocution prononcée par le Premier ministre en marge des célébrations du 44ème anniversaire de l’Indépendance du pays et du 20ème anniversaire de l’accession de Maurice au statut de république a été diffusée à une heure stratégique sur la chaîne de la télévision nationale et repris par des stations de radio privée. C’était quelques minutes avant le début de la cérémonie officielle marquant la célébration du 44ème anniversaire au Champ de Mars Port-Louis.

Le début de l’intervention de Navin Ramgoolam&nbsp a été marqué&nbsp par une sortie en règle contre ceux qui, selon lui, se sont lancés dans des « manigances et des tractations&nbsp pour pervertir les institutions et permettre à des politiciens de revenir au pouvoir par la porte de derrière », dit le chef du gouvernement.

Navin Ramgoolam dira à l’endroit de l’opposition qu’elle doit faire preuve de patience et&nbsp laisser le gouvernement terminer son mandat.

C’est sur un ton solennel que le Premier ministre a déclaré qu’actuellement ‘l’enjeu n’est pas politique mais économique’. Pour soutenir sa thèse. Il évoque avec force détails, la situation économique difficile dans laquelle se trouve le monde et les répercussions inévitables de cette situation sur l’économie nationale.

Le chef du gouvernement a rappelé l’orientation arrêtée en 2010 au début de son mandat : moderniser le pays tout en portant une attention particulière aux éléments les plus vulnérables de notre société.

Navin Ramgoolam se flatte que le pays ait connu une stabilité politique, élément indispensable pour rassurer les investisseurs qui dit-il souhaitent s’implanter dans le pays.

Il a souligné comment le thème choisi pour le 44ème anniversaire reflète le choix de Maurice de souscrire à un modèle qui a su établir un juste équilibre et la nécessité de développer le pays et l’obligation de respecter l’environnement.

Navin Ramgoolam a également abordé l’identité nationale qui est dans l’actualité avec les débats autour Best Loser System. C’est ainsi que le Premier ministre a exprimé son regret qu’après 44 ans d’indépendance, le citoyen mauricien n’est pas encore parvenu à s’appeler Mauricien, à parler et à agir en tant que Mauricien.

Navin Ramgoolam a aussi évoqué la nécessité pour le pays de s’engager dans une réforme de son système électoral. Et là encore, il n’a pas manqué de faire la leçon à ceux qui donnent à penser que les choses ne vont pas assez vite.

S’il consacre du temps à la consultation sur le sujet a-t-il expliqué, c’est parce qu’il n’a pas la prétention de tout savoir. « Une réforme électorale, n’est pas une simple affaire » a-t-il tenu à souligner.

Navin Ramgoolam a déclaré qu’une réforme électorale n’est pas un exercice visant à régler des problèmes partisans ou à favoriser la mise à exécution d’une vengeance politique? Et de préciser que le but d’entreprendre une telle initiative consiste à doter le pays d’un système électoral moderne plus juste.

Le Premier ministre a réservé la dernière partie de son discours aux jeunes. Il leur a d’ailleurs réservé la dernière partie de son discours. Son conseil s’articule autour de la posture que ceux-ci devraient avoir en tant qu’héritier d’un pays où la stabilité politique a été le facteur déterminant de son développement. Il faut mobiliser les ressources pour être en mesure de prolonger dans la durée les valeurs transmises, a dit le Premier ministre aux jeunes Mauriciens.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires