Diego Garcia : Des Mauriciens recrutés comme main-d’œuvre étrangère pour la base militaire

Avec le soutien de

Plus de 2 000 civils «étrangers» cohabitent avec les militaires américains à Diego Garcia. Parmi, de nombreux salariés philippins et une quarantaine de Mauriciens. Actuellement la compagnie DG21 LLC mène une campagne de recrutement à Maurice.

Alors que l’Etat mauricien continue de plus belle à réclamer sa souveraineté sur les Chagos, question qui est revenue à la Une de l’actualité ces derniers jours après les révélations de Wikileaks, des compatriotes vont y gagner leur vie.
DG21 LLC est une société qui gère les installations militaires ainsi que la petite ville à Diego Garcia. Appartenant à un consortium de sociétés multinationales, elle comprend des bureaux à Washington, aux Philippines, à Singapour et également à Maurice.

Depuis 3 ans, Christel Venkalapati est chargée du recrutement de Mauriciens pour travailler à Diego Garcia dans divers secteurs - restauration, agriculture, maintenance, administration, mécanique, buanderie. Et cela pour des salaires allant de 200 à 1 200 dollars américains (soit de Rs 6 000 à Rs 36 000), sur un contrat de deux ans.

Christel Venkalapati est elle-même une ancienne employée de DG21. Elle a exercé pendant quatre ans et demi dans l’administration des ressources humaines.

«Après mes études, je me suis vu offrir une opportunité unique et à l’époque, c’est la firme De Chazal Du Mée qui m’avait recrutée. Cette expérience m’a permis d’explorer d’autres horizons et de me professionnaliser dans le système américain», raconte-t-elle.

Concernant l’exercice de recrutement à Maurice, Christel Venkalapati explique que dès le départ, elle se charge de briefer les candidats retenus, et qui sont surtout des pères de famille, sur la situation sur place.

«Ayant moi-même déjà travaillé là-bas, je peux dire qu’il n’y a rien à craindre. Certaines personnes ont plus de 15 ou 20 ans d’expérience sur l’île. La vie y est agréable. Les militaires et les civils cohabitent et travaillent dans une bonne ambiance», soutient-elle.

Elle indique, en outre, que les employés peuvent aussi utiliser le gymnase, la piscine pendant les off-hours. Une quarantaine de Mauriciens y sont employés en ce moment et Christel Venkalapati explique que l’exercice de recrutement continue. «On essaye d’avoir beaucoup plus de Mauriciens. L’exercice est toujours en cours et on essaye d’avoir de bons profils», dit-elle.
Par ailleurs, notre interlocutrice dit soutenir la cause des Chagossiens et partage qu’elle s’entend bien avec les représentants des refugiés Chagos ici à Maurice, à l’instar d’Olivier Bancoult et de Fernand Mandarin.

«C’est le choix des Américains ainsi que des Britanniques si les Chagossiens ont été bannis de leur terre. Quant à la compagnie qui emploie les étrangers pour travailler à Diego Garcia, elle n’est nullement impliquée dans cette situation», ajoute-elle.

Elle est aussi au courant de la controverse à propos du fait que les agents recruteurs pour Diego Garcia n’embauchaient pas les Chagossiens. «Depuis que j’ai pris la barre, je peux dire que j’ai recruté quatre Chagossiens. Parmi, trois n’ont pas renouvelé leur contrat après les deux ans. Par contre, un Chagossien, qui est père de famille y travaille toujours comme caissier», indique-t-elle.

Soulignons que dans les années 1980, c’est le groupe Rogers qui se chargeait de recruter du personnel pour travailler à Diego Garcia. Par la suite, De Chazal du Mée a pris le relais. Aujourd’hui, le Support Office de DG21 à Maurice est géré par Christel Venkalapati, après l’obtention d’un permis d’opération de la Licensing Authority du ministère du Travail.
Rappelons que l’archipel des Chagos est officiellement devenu zone marine protégée le 31 octobre dernier, suite à une décision britannique.

Publicité
Publicité
Lexpress deals logo

Retrouvez les meilleurs deals de vos enseignes préférées.

Lexpress deals brochure
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x