Didier Robert annonce quatre mesures pour sortir la Réunion de la crise

Avec le soutien de

Le groupe UMP Objectif Réunion a annoncé ce jeudi matin son soutien au candidat Nicolas Sarkozy. Le président de la Région, Didier Robert, a profité de l''''occasion pour annoncer quatre grandes mesures qui doivent améliorer la compétitivité de la Réunion et diminuer le taux de chômage.

Le président du conseil régional a par ailleurs dénoncé les projets du candidat PS, François Hollande, pour l''Outre-mer, parlant de "mépris" pour les ultra-marins.

"Retrouver la confiance dans un contexte de morosité", c''est l''objectif qu''annonce le Didier Robert, en présence des principaux représentants d''Objectif Réunion et apparentés, à savoir Serge Camatchy, Stéphane Fouassin, Daniel Gonthier, Nathalie Bassire, et Louis Bertrand Grondin de la Gauche Moderne.

Didier Robert dénonce "une campagne d''hostilité" de la part du principal adversaire, François Hollande, ainsi que des caricatures qu''il qualifie de "faciles" de la part de la presse. Pour lui, la pratique d''un vote sanction est une "tentation facile" qui serait "un moment d''euphorie bref avec une gueule de bois terrible".

Le président du conseil régional&nbsp revient sur les 30 projets que son rival François Hollande prévoit pour les départements d''Outre-mer, notamment le budget de 500 millions d''euros pour l''ensemble des grands projets de l''Outre-mer, "soit 50 euros par ultra-marin" selon l''interprétation de Didier Robert. Un chiffre qu''il met en comparaison avec les accords de Matignon où l''Etat s''est engagé à débloquer un budget de 870 millions d''euros sur le seul programme de la route du littoral et du Trans Eco Express. Pour Didier Robert, les projets de François Hollande "relèvent d''un profond mépris pour les Réunionnais".

Un pacte de stabilité des grands chantiers

Didier Robert fait également part de ses propositions pour faire face au contexte économique morose actuel. Selon lui, il y a quatre "éléments fondateurs" pour "un nouveau modèle économique" pour la Réunion. Il suggère un pacte de stabilité des grands chantiers pour une meilleure lisibilité sur le long terme, soit la signature d''une convention pour chaque grand projet qui fixerait toutes les modalités et qui verrouillerait les budgets.

Deuxième grande mesure, un pacte de stabilité sur la stratégie économique pour les "secteurs locomotives" de l''île, à savoir notamment les NTIC, le tourisme, la recherche et développement et les énergies renouvelables, "on doit s''y tenir sur une période relativement longue", précise-t-il.

La troisième mesure serait de mettre en place la régionalisation dans la fonction publique d''Etat et hospitalière, "parce qu''il y a des jeunes réunionnais ici qui sont diplômés et qui ont les capacités".

La dernière mesure concerne le manque de compétitivité des entreprises réunionnaises face aux autres pays de la zone. "Il faut revoir la fiscalité", indique Didier Robert, soit atteindre le taux zéro, notamment concernant les impôts sur les sociétés et les charges patronales. En contrepartie, "les entreprises s''engagent à créer des emplois au niveau local".

Source : Zinfos974

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires