Deux bateaux sri-lankais arraisonnés pour pêche illégale dans les eaux mauriciennes

Avec le soutien de

Deux navires sri-lankais ont été pris en flagrant délit de pêche illégale à 750 kilomètres au Nord de Maurice. Des thons, des espadons, des poissons de fond, des dauphins mais aussi des requins avaient été pêchés, annonce la Commission de l’océan Indien (COI).


C’est au lever du jour, samedi 23 février, que le patrouilleur malgache Atsantsa, engagé par le Plan régional de surveillance des pêches (PRSP) de la COI, a réalisé cette opération. Les deux navires ont été arraisonnés sur le banc de Nazareth alors que des filets de plusieurs kilomètres de long étaient en train d’être relevés sur le banc de Nazareth, précise le communiqué de la COI.  Dans cette zone mauricienne extrêmement riche en poissons, les pêcheurs ont illégalement prélevé des thons, des espadons, des poissons de fond, des dauphins mais aussi des requins dont ils ne conservent que les ailerons.


«Cette opération témoigne de l’engagement de la COI dans la lutte contre la pêche illicite dans la région et de l’efficacité du dispositif régional qu’elle coordonne. Le PRSP est mis en œuvre depuis 2007 grâce à un partenariat financier signé entre la COI et l’Union européenne,» souligne la COI, qui coordonnait sa 33ème mission.


«Depuis le lancement du PRSP, plusieurs centaines de navires ont été contrôlés en pleine mer et plusieurs d’entre eux en infraction grave ont été arraisonnés à Madagascar, aux Seychelles et à Maurice. L’emploi de moyens performants tels que des satellites radar mais aussi l’expérience acquise par les équipes régionales de contrôle et les échanges permanents d’informations entre les Etats membres de la COI permettent au dispositif d’être aujourd’hui très efficace», explique Xavier Nicolas, coordonnateur du PRSP.


La COI ajoute que le patrouilleur Atsantsa dépend du ministère des Pêches de Madagascar, il est basé à Mahajanga dans le Nord-Ouest du pays. Construit en 2007 au chantier naval de l’océan Indien à Port-Louis, ce patrouilleur moderne est un prédateur de navires illégaux. Il a appareillé de son port de base le 15 février dernier pour une mission de plusieurs semaines. Il a déjà effectué des contrôles aux Comores et aux Seychelles avant d’entrer fin de semaine dernière dans les eaux mauriciennes, dans la région d’Agalega. A son bord se trouve une équipe d’inspecteurs des administrations des pêches des Comores, de la Réunion, de Madagascar, de Maurice et des Seychelles, des éléments de sécurité de la gendarmerie malgache et un garde-côte mauricien. C’est sous son escorte que le convoi fait maintenant route vers Port-Louis où il est attendu jeudi après-midi. «Les deux navires interceptés seront ensuite remis aux autorités mauriciennes compétentes», précise la COI.


Jean Claude de l’Estrac, secrétaire général de la COI, actuellement en mission en Zambie, a s’est félicité de ce résultat. 

 «Loin de leur pays, dans le silence ou dans les tempêtes de l’océan Indien, des équipages veillent et font un travail de surveillance des pêches stratégique pour l’économie des Etats membres. Plusieurs dizaines de milliers d’emplois dépendent de la pêche dans notre région et ce secteur d’activité, que l’on souhaite durable, contribue à la richesse de nos économies insulaires comme à la sécurité alimentaire d’une grande partie de la population de nos pays».

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires