Des Réunionnais piégés à Nouméa par le retrait d''Air Austral

Avec le soutien de

De nombreux Réunionnais, dont des étudiants, se retrouvent piégés en Nouvelle-Calédonie à cause de la suppression, à partir du 20 mars, du vol Air Austral Reunion - Sydney - Nouméa.?Certains ont avancé leur départ.?D’autres vont devoir dépenser quelques milliers d’euros pour rentrer.


Le 20 mars prochain, Air Austral interrompra ses deux vols hebdomadaires Réunion - Sydney - Nouméa. En proie à des difficultés financières, la compagnie réunionnaise n’a pas d’autres choix que de réduire la voilure.?Dans le même esprit, la liaison hebdomadaire vers Bangkok sera supprimée le 26 mars. Même si Air Austral a pris la précaution d’annoncer quatre mois à l’avance l’arrêt de ces dessertes, de nombreux passagers se retrouvent piégés en bout de ligne.?Ce sont ceux qui avaient programmé leur retour au-delà du 20 mars.?

Etudiant en IUP tourisme, actuellement en stage avec un camarade et une amie au Méridien de Nouméa, Fabrice a vu le piège se refermer sur lui et ses amis.? D’autres Réunionnais seraient dans la même situation. « Nous avons pris un billet aller - retour auprès d’Air Austral pour la période du 16 décembre au 14 avril, » explique Fabrice. « Nous avons appris, à notre arrivée, que Air Austral ne desservirait plus cette destination à partir du 20 mars. Nous avons immédiatement pris contact, par le biais de nos parents, avec la compagnie qui nous a proposé, ou plutôt contraint à un remboursement partiel du billet à hauteur de 776 euros. L’organisation du retour serait alors prise en charge par le voyageur. Le problème c’est qu’en passant par une autre compagnie, le prix d’un billet Nouvelle-Calédonie - Réunion s’élève à un tarif exorbitant de 1 900 euros voire plus. La différence à notre charge s’éléverait à 1 124 euros. Un prix bien entendu excessif sachant que nous avons payé 1700 euros le billet d’avion. »

Finalement, Fabrice et ses compagnons ont obtenu du directeur du Méridien qu’il valide leur stage mais ils devront faire leur deuil de trois semaines de stage.?Ils rentreront le 20 mars par le dernier vol d’Air Austral. Ils ont été bien inspirés.?S’ils avaient voulu rentrer à la Réunion le 14 avril comme prévu initialement, il leur en aurait coûté entre 2758 euros et plus de 5 000 euros, pour un aller simple. A la clef : jusqu’à 60 heures de voyage avec un passage par le Japon et Paris. En Nouvelle-Calédonie, le retour du monopole Air Calin - Air France ne manque pas d’inquiéter.?

“On se demandait comment Air Austral faisait pour remplir les 600 places des deux vols hebdomadaires,” indique un agent de voyage à nos confrères des Nouvelles calédoniennes. “Mais c’était un gros marché pour nous et une solution différente pour la métropole, qui plaisait énormément aux Calédoniens. Pas mal de gens en profitaient pour aller à la Réunion et ailleurs.”


Pour Henri-Frédéric Pujol, président du syndicat des agents de voyages de Nouvelle-Calédonie, “c’est une très mauvaise nouvelle pour la Calédonie. Cela signifie un retour au monopole Air France - Air Calin et une augmentation des tarifs avec, à la clé, des conditions de vente encore plus sévères. Par exemple, Air France demande à ses clients, de régler le billet d’avion dans la semaine et dans sa totalité, quand la réservation intervient à moins de 100 jours du départ”

Alain Dupuis, Le Journal de l’île de la Réunion

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires