Des logements sociaux seront livrés aux ex-squatters de Dubreuil en février 2012

Avec le soutien de

Le conseil des ministres a donné son aval pour la construction des logements sociaux à l’intention des ex-squatters de Dubreil. Ces derniers seront relogés en février 2012.&nbsp

La National Empowerment Foundation a déjà lancé un appel d’offres pour la construction de 29 logements sociaux. Les ex-squatters de Dubreuil devront patienter pendant encore 10 mois avant de pouvoir abandonner l’ancienne usine de thé qu’ils occuppent en ce moment.

Parmi les bénéficiaires se trouvent les 23 familles qui occupent toujours les locaux désaffectés de l’ancienne usine de thé de Dubreuil depuis juillet 2010. Six autres bénéficiaires répondant aux critères établis par le gouvernement ont également été identifiés par le ministère de l’Intégration sociale. Elles vivent actuellement dans des habitations précaires non loin de l’usine abandonnée.

Le conseil de ministre a donné son aval, ce vendredi 22 avril, à la mise en oeuvre de ce projet placé sous l’égide de la National Empowerment Foundation sous l’égide du ministère de l’Intégration sociale. Les 29 familles concernées recevront chacune les clefs de leur nouvelle demeure d’ici dix mois, soit en février 2012.

L’appel d’offres lancé par la NEF a tenu compte de tous les besoins futurs des 29 familles en matière de services et autres aménités nécessaires à ces une vie communautaire saine.

En attendant, les futurs occupants de ces logements sociaux ont été canalisés vers des formations taillés sur mesure qui sont censé les préparer à leur nouvelle vie et à assumer les responsabilités en tant que futurs propriétaires.

Pour rappel, en juillet de l’année dernière, 42 familles avaient été expulsées des maisons qu’elles avaient érigées sur un terrain de l’Etat à Dubreuil. Leurs abris avaient alors été détruites. Après six nuits consécutives passées sous une tente de fortune dans la cour du centre social de la localité, le ministère du Logement et des Terres avaient réquisitionné l’ancienne usine de thé pour abriter temporairement ces familles.

Depuis,&nbsp une vingtaine des ces familles qui ne répondaient pas aux critères imposés par le gouvernement pour l’obtention d’un logement social avaient évacué les lieux. Les 23 familles restantes en sus des six autres identifiées dans la région par la NEF sont considérées comme des cas méritants.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires