Des explications réclamées sur la dette de Rs 24 millions de MedPoint rayée à la DBM

Avec le soutien de

Un emprunt de Rs 24 millions contracté par les promoteurs de la clinique MedPoint en 1993 aurait été rayé par la Banque de Développement (DBM) peu avant la vente de l’établissement hospitalier à l’Etat pour Rs 144 millions. C’est le député Rajesh Bhagwan qui a soulevé la question le mardi 24 mai sans toutefois obtenir d’explications. (Photo : Les bureaux de la DBM à Port-Louis)

Le Whip de l’opposition a profité d’une question du député Kee Chong Li Kwong Wing sur la situation financière et le fonctionnement de la DBM pour interroger le ministre des Finances, Pravind Jugnauth. Il a réclamé des explications sur les dettes des anciens propriétaires de la clinique MedPoint auprès de cette institution publique.

Les promoteurs de la clinique MedPoint, en l’occurrence la sœur et le beau-frère de Pravind Jugnauth avaient, selon le député de l’opposition Rajesh Bhagwan, contracté un emprunt de Rs 24 millions auprès de la DBM en 1993. « Selon mes informations, le 28 décembre dernier, soit à la veille de la signature du contrat de vente entre le gouvernement et les propriétaires de la clinique Medpoint, un emprunt de Rs 24 millions contracté en 1993 par les promoteurs de la clinique, a été ‘writen-off’ par la DBM. Est-ce que le ministre peut confirmer cette information», a demandé Rajesh Bhagwan au Grand Argentier.

Toutefois, le vice-président de l’Assemblée nationale devait interdire cette question estimant qu’elle n’était pas en relation avec l’interpellation d’origine et a invité le Whip de l’opposition à venir de l’avant avec une question précise sur le sujet.

«Les petits entrepreneurs sont obligés de repayer ce qu’ils doivent malgré la situation économique difficile alors que les gros requins échappent aux mailles du filet», a alors commenté le Whip de l’opposition.

On se rappelle que l’Etat a, l’année dernière, racheté la clinique MedPoint au coût de Rs 144 millions. Il y a eu une polémique sur le prix payé, parce que les services gouvernementaux avaient estimé l’établissement à Rs 75 millions, mais l’administration publique avait fait appel à un évaluateur privé qui a révisé les estimations à la hausse.

Une autre raison de la polémique est le fait que l’acte de vente a été conclu et enregistré, la veille de l’entrée en vigueur de nouveaux règlements qui abolissent&nbsp des exemptions fiscales sur les transactions immobilières. L’Independent Commission Against Corruption (Icac) a ouvert une enquête au sujet de cette transaction et plusieurs cadres de l’Etat ont été interrogés. L’investigation de l’Icac se poursuit.

Le ministre des Finances devait, tout de même, indiquer qu’il n’était pas au courant d’une telle transaction. La question de départ inscrite au nom du député Kee Chong Li Kwong Wing était, effectivement, liée à la situation financière de la DBM.

Dans sa réponse, Pravind Jugnauth a révélé que les pertes encourues par la DBM pour l’année financière se terminant au 30 juin 2010, s’élèvent à Rs 16,1 millions. Il a également réitéré l’intention du gouvernement de transformer cette banque en une Development Finance Agency. Un Steering Committee a déjà été institué pour se pencher sur les modalités de cette transformation.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires