Des candidats de l’Alliance de l’Avenir battus aux élections sont en mode attente

Avec le soutien de

Les grosses pointures de l’Alliance de l’Avenir qui n’ont pas été élues sont en attente. Anciens ministres, directeur des corps paraétatiques,&nbsp et candidates chocs se reposent, avant, disent-ils, de reprendre du service. Ils affirment tous être animés de la flamme de servir ce petit peuple, que certains ont découvert, le temps d’une campagne électorale.

Encore groggy,&nbsp après leurs défaites, les candidats battus prennent du repos après une campagne électorale qui aura été intense. En dépit de la fatigue et de l’amertume de la défaite, ils ont bienveillamment accepté de parler à lexpress.mu de leurs projets immédiats.

Jean-François Chaumière, qui était ministre du Travail jusqu’aux élections du 5 mai 2010, a été battu dans la circonscription No. 1 (Port-Louis-Ouest-Grande-Rivière Nord-Ouest). Il est catégorique, il restera actif&nbsp en politique. Toutefois, dans l’immédiat, il se ressource auprès des siens. «Pour l’instant, je me repose, je passe un peu de temps avec ma famille. Je verrai après», soutient-il.

Il ne sait pas encore s’il sera nommé à la tête d’un organisme public. «Je ne sais pas si je serai nomme quelque part. C’est le Premier ministre qui décide. En tout cas, je continuerai à servir. La chose politique est ancrée en moi. Il m’est difficile d’en rester éloigné», répond-t-il.

C’est la même posture qu’affiche Lucien Finette. Le candidat travailliste qui a connu la défaite dans la circonscription No.20 (Beau-Bassin-Petite-Rivière) avait quitté son poste de directeur du Mauritius Examinations Syndicate (MES) pour se présenter aux élections. Lui aussi trouve, maintenant,&nbsp du temps pour se consacrer à ses proches Il faisait du shopping à l’heure où lexpress.mu l’a contacté.

Souhaitant continuer à servir ses compatriotes, Lucien Finette est lui aussi en mode attente. «J’attends. C’est le Premier ministre qui voit. D’abord, je dois lui faire mon rapport de performance», indique-t-il. Préférerait-il un poste dans le secteur de l’éducation, son domaine d’expertise? «Pas nécessairement l’éducation » répond Lucien Finette. « Je peux aussi faire autre chose, dans la mesure que c’est de l’administration…», ajoute-t-il. En tout cas, il affirme que son expérience de candidat aux élections était «excellente», il a adoré «aller à la rencontre des gens».

Maurice Allet, autre candidat malheureux à Beau-Bassin-Petite-Rivière, semble un peu désemparé. «Je suis un peu fatigué. En ce moment, je me repose, je mets de l’ordre dans mes affaires et dans ma tête. J’ai été un député de proximité, j’étais en permanence dans ma circonscription ces dernières années», déclare-t-il.

Lui aussi attend un signe de Navin Ramgoolam. «C’est au Premier ministre et au leader de mon parti de décider. Mon parti est un partenaire au gouvernement. J’ai perdu une bataille, mais pas la guerre. Je savais que Beau-Bassin était plus proche de l’opposition que du gouvernement. Je savais que ce ne serait pas facile. Mais quand même 40% de l’électorat a voté pour moi.– je ne vais pas les laisser tomber. Je vais continuer en politique.», affirme-t-il.

Quant à&nbsp Rama Valayden, candidat battu au No.19, (Rose-Hill-Stanley), il est résolu. L’Attorney General de septembre 2005 à mai 2010 reprend sa toge d’avocat. Il reprend ses activités professionnelles, le mois prochain. «Je retourne au barreau à partir du 1er juin. J’aurai mon bureau, je travaillerai toujours avec assiduité pour les justiciables». Il ajoutera quand même, qu’il est disponible pour prodiguer des conseils, si on en veut. «J’ai dit à mon successeur, Yatin Varma, que je suis à sa disposition pour lui apporter mes humbles conseils et opinions sur certains sujets, s’il a besoin de moi», révèle-t-il.

Les candidates chocs qui n’ont pu se faire élire se sont déjà remises au travail, dans leur secteurs respectifs. Aline Wong qui n’a pu se faire élire dans la circonscription No. 2 (Port-Louis-Sud-Port-Louis) est déjà&nbsp « Back to business ». Elle a repris les rênes de sa société qu’elle avait délaissée, le temps de la campagne électorale. «Je suis retournée à ma fonction de directrice de la compagnie de textile L’inattendu », dit-elle.

Aline Wong a également été séduite par le travail de terrain. La campagne électorale laissant des empreintes. « Je suis prête à servir, par d’autres voies J’ai appris, au cours des quelques semaines de la campagne, à découvrir les attentes de la population dans les zones vulnérables et les risques que représentent de telles poches de pauvreté pour le développement harmonieux de Maurice. Je me tiens prête à apporter ma contribution aux projets de société que le gouvernement mettra en place. Comme j’ai contribué durant les derniers quatre ans et demi dans le cadre de l’Empowerment Foundation», précise-t-elle.

Pour sa part, Danielle Turner la colistière de Jean-François Chaumière à Port-Louis-Ouest-Grande-Rivière Nord-Ouest continue à être active sur le terrain. Elle a également repris ses activités professionnelles dans un collège des Plaine-Wilhems.&nbsp Avant les élections du 5 mai,&nbsp elle était présidente du conseil d’administration de Centre Nelson Mandela pour la Culture Africaine. «Je suis sur le terrain, avec les gens de la région. Jje compte encore mieux connaitre ma circonscription et me mettre davantage au service des habitants».

Elle ne s’attend pas particulièrement à une nomination, tout en restant disponible pour servir son parti. «Je n’ai aucune idée, si le Premier ministre me proposera une nomination. Je ne crois pas qu’il soit obligé. De le faire. Je suis au service du parti. Je n’attends rien. Je continuerai à offrir mes compétences là où l’on voudrait bien que je sois», dit-elle.


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires