DECRYPTAGE. Liverpool, la prise de tête

Avec le soutien de

Il y a peu de mots pour qualifier ce qui est en train de se passer en ce moment du côté d’Anfield. C’est un véritable bazar ! Arrivé avec les meilleures intentions du monde, Brendan Rodgers est peut être en train de regretter son choix d’avoir fait le saut de Swansea à Liverpool.


La position du successeur de Kenny Dalglish est telle que beaucoup se demandent s’il tiendra jusqu’à la fin de la saison après avoir enregistré le plus mauvais début de saison de Liverpool depuis 50 ans : une infâme 18e place avec 1 point pris en trois journées.

Et, surtout, une situation cocasse sur le mercato, ou le manager des Reds se retrouve sans attaquant en se payant le luxe de prêter Andy Carroll à West Ham peu avant la fermeture du marché ! Si ce n’est pas se faire hara-kiri ça y ressemble étrangement…

Rassurez-vous, Brendan n’est pas fou, il a simplement eu tort de faire confiance à ses dirigeants… car le propriétaire du club, John Henry, est bien le principal fautif dans cette histoire. Faute de ne pas avoir recruté un attaquant, pour seconder Luis Suarez, qui est le seul vrai avant-centre de l’effectif, il a mis son manager en grande difficulté. Ca s’est vu dimanche dernier contre Arsenal (0-2) du reste.

Manager à l’américaine = pouvoirs limités

John Henry, sentant le vent tourné et le bruyant peuple de la Mersey se retourner contre lui ne veut surement pas finir comme Gillett et Hicks et a écrit une lettre ouverte aux supporters pour expliquer ses difficultés pour recruter un attaquant à temps et qu’il fallait du temps pour reconstruire. Une lettre rapidement taillée en pièces par The Guardian qui la qualifie de tissus d’excuses à mourir de rire.

Une association de supporters du LFC (la Shankly Army) a même demandé à ce que les propriétaires américains ouvrent enfin un bureau en Angleterre au lieu de continuer à piloter leur club à distance, des Etats Unis.

Là on met le doigt, là ou ça fait mal. Brendan Rodgers n’a pas les pleins pouvoirs à Anfield. Il n’a obtenu qu’un poste d’entraîneur du club et n’a pas les mêmes attributions qu’un manager classique. Le manager à l’américaine est beaucoup plus limité qu’en Europe.

Par conséquent, il ne peut que soumettre des demandes sur ses besoins mais n’a pas le pouvoir décisionnel à l’heure du recrutement. On comprend mieux désormais pourquoi Roberto Martinez (manager de Wigan) avait dit ‘non’ au poste de King Kenny après plusieurs consultations avec l’état major des Reds….

« Si j’avais eu le choix, sur un ou deux dossiers il n’y aurait pas eu de départs, mais ce n’est pas moi qui maîtrise les ficelles » avait averti Rodgers avant la défaite contre Arsenal. Il est vrai que le recrutement pose un sacré problème : 9 départs, 3 arrivées (Sahin, Borini, Allen), plus 2 nouveaux qui ne sont pas encore opérationnels (Assaidi et Samed).

19 pros seulement, dont 3 du centre de formation

De plus, parmi les 25 joueurs professionnels qui doivent être inscrits sur la liste officielle de la Premier League, Liverpool n’en avait que 19 à proposer, dont trois joueurs de moins de 18 ans issus du centre de formation (comme Raheem Sterling et Adam Morgan). Les Reds sont donc en sous effectif alors qu’ils ont quatre compétitions à disputer.

Comment voulez vous que le capitaine continue à mener sa barque si celle si n’est pas solide et que son équipage est réduit. L’ancien mentor de Swansea ressemble de plus en plus à un capitaine abandonné, livré à lui-même, qui risque de payer de sa tête un mauvais parcours qui persisterait. Les prochains matches, contre Sunderland et Manchester United seront cruciaux.

La situation est grave mais fait beaucoup rire. Car si le début du mercato frôlait le néant, que le milieu était intéressant, la fin est réellement ridicule. Céder un attaquant recruté à prix d’or (40 millions d’euros), en prêt à West Ham, dans l’hypothèse d’avoir Clint Dempsey de Fulham était un risque inconsidéré.

Surtout que les Reds n’ont pas voulu payer les 7,5 millions d’euros réclamés (prix augmenté avoir avoir prétendument contacté le joueur sans en informer le club londonien), se trouvant à présent être le dindon de la farce.

D’autant que les rumeurs de remplacement étaient également à hurler de rire lundi dernier, la chasse aux ‘free agents’ étant ouverte : Michael Owen, Didier Drogba, Alessandro Del Piero… retour d’Andy Carroll. Et pourquoi pas le retour de Redknapp, Mc Manaman et Fowler tant qu’on y est ?

Surmotivation contre Manchester Utd

Dans la course à la signature de Dempsey (29 ans), finalement enrôlé par Tottenham, les Reds étaient disposés à offrir 3 joueurs en échange : Stewart Downing, Jose Enrique et Jordan Henderson. Finalement, BR s’est retrouvé avec les mains vides et un effectif limité avec seulement ses yeux pour pleurer.

Pour ne rien arranger, le gardien de but, Pepe Reina se met à encaisser des buts plus marrants les uns que les autres, comme s’il essayait de créer le top 5 des meilleurs buts casquettes à lui seul. Je vous le concède, cet article tranche avec la Chronique de la semaine de l’édition précédente, intitulée ‘Liverpool se réconcilie avec ses fans’. L’élan né du bon match contre Manchester City est malheureusement retombé comme un soufflet. En une semaine à peine.

Pour éviter le naufrage qui lui pend au nez, Rodgers n’aura d’autres choix que de persister dans… ses choix. Appliquer sa tactique, adapter sa vision du jeu aux besoins de l’équipe. Continuer à faire confiance aux jeunes. Il a eu les joueurs qu’il voulait à tout prix : Allen et Borini et devra miser sur la surmotivation de Liverpool contre Manchester Utd pour faire redémarrer la machine, dans quinze jours. Laissons le travailler en paix. On savait que ça prendrait du temps pour remettre cette équipe sur pied, même si le chantier s’annonce plus délicat que prévu…

L’escouade professionnelle de Liverpool


LIVERPOOL FC : Agger, Allen, Assaidi, Carragher, Coates, Cole, Doni, Downing, Gerrard, Gulacsi, Henderson, Johnson, Jones, Enrique, Kelly, Lucas, Reina, Sahin, Skrtel, Suarez


Suivez toute l’actualité sportive sur Lékip.mu.

Azmaal Hydoo - Lkip.mu

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires