Désintoxication : Le Collectif Urgence Toxida rejette les propositions du MMM

Avec le soutien de

L’ONG Collectif Urgence Toxida (CUT) n’accueille pas les suggestions de la Commission contre la drogue du Mouvement Militant Mauricien (MMM) pour combattre ce fléau et réduire les risques de contamination.

Le Collectif Urgence Toxida (CUT) met un point d’honneur de rappeler à la Commission contre la drogue du MMM que sur le sujet de désintoxication, elle ne doit pas donner dans la démagogie.

Dans un communiqué émis ce lundi 6 décembre, l’organisation non gouvernementale suggère la création d’un comité multisectoriel car la priorité, selon elle, demeure la prise en charge psychosociale des patients toxicomanes.

«Politiser le débat pourrait avoir des effets désastreux sur la santé publique. Il serait plus productif de créer un comité multisectoriel sur la réduction des risques pour traiter cette question avec une perspective de santé publique et de droits humains. Une bataille entre différents partis politiques pour préconiser différentes formules ne ferait que ralentir une implémentation de services adéquats afin de lutter contre le VIH/Sida et autres maladies transmissibles par le sang», affirme CUT.

CUT soutient qu’une meilleure prise en charge globale doit être la priorité du moment. Pour se faire, «le monde politique, les ONG, les religieux, la police et la population mauricienne doivent s’unir», dans ce comité multisectoriel, «afin de remédier aux effets catastrophiques des drogues sur la société». Ce comité aurait la tâche de produire un «National Strategic Framework» pour les prochaines années, comme le fait le comité multisectoriel institué pour lutter contre le VIH/Sida.

L’une des propositions de la Commission contre la Drogue du MMM, faites lors d’une conférence de presse à l’hôtel St Georges, à Port-Louis, le jeudi 2 décembre, est de remplacer la méthadone par le Suboxone. CUT estime que cette proposition «ne résoudra pas le problème dans un système qui contient des failles». Les médecins faisant partie de la Commission contre la Drogue du MMM soutiennent que le traitement de substitution par le Suboxone sera plus efficace car il est pris qu’une seule fois par jour comparé à trois fois pour la méthadone et coûte moins cher.

Ces affirmations sont démenties par CUT.&nbsp «Les rapports de plusieurs pays démontrent que la méthadone est le médicament qui donne les meilleurs résultats… Le traitement de substitution à la méthadone, lancé en 2006, a permis à environ 3 400 injecteurs de drogue d’en bénéficier en allant à l’hôpital une fois par jour. De plus, le Suboxone est plus cher», explique Nathalie Rose, coordinatrice de CUT. Et d’ajouter, «Nous ne sommes pas en train de dire que le Suboxone ne peut pas être utilisé, mais il faut que ce soit parallèlement à la méthadone. La méthadone, le Suboxone et le Subutex ont tous leurs avantages, en fonction du profil du patient».

Le CUT en profite pour rappeler les domaines demandant des interventions. Ces domaines avaient déjà été identifiés en 2009, à la première conférence sur les opiacés et la réduction des risques à Maurice, à l’initiative de CUT.

Premièrement, le toxicomane est perçu comme un criminel et non un malade. L’association souligne que la criminalisation des simples usagers de drogues ne s’est jamais avérée efficace dans la lutte contre ce fléau. Une révision des lois serait nécessaire.

Deuxièmement, l’échange de seringues devrait être généralisé. Les bénéficiaires de ce programme seraient souvent harcelés par la police. «Tout en étant un service offert sous l’égide du Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie, et légalisé à travers le HIV and AIDS Act 2006, les bénéficiaires de ce projet sont souvent victimes de harcèlement de la part de la police. Ce harcèlement, souvent dénoncé par les médias, met en péril la réussite de ce projet et la santé publique de notre pays», déclare CUT.

Finalement, CUT réclame l’échange de seringues et la distribution de préservatifs en prison. De même qu’un traitement à la méthadone aux détenus qui n’étaient pas enregistrés dans le programme de substitution avant d’être incarcérés.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires