Déjà mariée, elle accuse son amant de rupture de promesse de mariage

Avec le soutien de

Nundinee, 28 ans, une agent politique séparée de son époux a porté plainte contre son amant pour lui avoir escroqué Rs 96 000. Somme qui devait servir à leur mariage religieux. Elle va aussi le trainer en justice, au civil, pour rupture de promesse de mariage.

Nundinee a les cheveux teints tirés en arrière sur son visage aux traits bien dessinés, Avec son sourire espiègle et son air d’adolescente à peine sortie du collège, difficile de deviner qu’elle est mariée. Qu’elle a 28 ans et qu’elle est mère d’un enfant en bas âge.

Enseignante et accessoirement agent politique pour l’alliance au pouvoir, cette habitante d’un village de l’Est, s’est rendue aux Casernes centrales, mercredi, pour consigner une déposition contre son amant avec qui elle a entretenu une liaison pendant&nbsp un an et demi.

Elle l’accuse de lui avoir soutiré la somme de Rs 96 000, à raison de Rs 6 000 par mois, sur la base d’une promesse de mariage. Ce n’est pas tout : elle a déjà porté plainte contre lui au poste de police de son village pour harcèlement au téléphone et pour avoir menacé de kidnapper son enfant.

Nundinee donne l’air d’être toute retournée. Son histoire ressemble à celle d’une poignée de femmes issues du milieu rural qui se sont pliées face au diktat parental : elle a&nbsp consenti à un mariage arrangé voilà des années.

Contrairement à certaines qui se résignent à cette situation, Nundinee a fini par s’affranchir. Femme de caractère, elle a fait comprendre à son époux voilà trois ans que leur ménage ne fonctionnait pas et qu’il fallait voir la réalité en face.

Chacun est parti de son coté et c’est ainsi que Nundinee a fait la connaissance de Kamlesh, 25 ans. Lui travaillait dans une maison de jeux et elle, elle battait le pavé pour faire campagne au nom de son parti.

Trois semaines après qu’il lui ait fait une cour assidue, elle a accepté de sortir avec lui. De fil en aiguille, les deux tourtereaux se promettent un amour éternel. A&nbsp cause de son statut de femme mariée, il lui a promis qu’ils partiront vivre à « l’étranger »…
L’étranger, pour Kamlesh et Nundinee, se résume à Rodrigues. Le couple avait décidé de célébrer un mariage religieux. Il faut de l’argent pour un projet d’une telle envergure. C’est ainsi que Nundinee déclare avoir ponctionné plus de deux tiers de son salaire dix-huit mois durant pour le mettre entre les mains de Kamlesh. Elle a utilisé ses contacts pour qu’il obtienne un emploi dans une entreprise dirigée par un ex-mandarin rouge.


Matin et soir, semaine et week-end, les deux sont toujours ensemble. Seulement, toutes les bonnes choses ayant une fin, Nundinee a fini par recevoir un appel téléphonique de Kamlesh le 23 janvier, l’invitant à rompre.

Kamlesh ayant disparu de la circulation depuis, la jeune femme déclare avoir mené sa petite enquête et découvert que son compagnon avait un faible pour les femmes mariées. Nundinee explique vivre un cauchemar. Et qu’en milieu de semaine, les gens croyant qu’elle est encore en relation avec Kamlesh lui demandent les détails sur une opération de la brigade anti-drogue de Grand-Baie au domicile de celui-ci.

Cette équipe a bien effectué une perquisition sur place, mais pour elle ainsi que la police local, c’est sans doute une femme, en l’occurrence Nundinee, qui en veut à mort à Kamlesh.

Ce dernier devra répondre de l’escroquerie au détriment de Nundinee qui envisage déjà de le poursuivre au civil pour rupture de promesse de mariage… bien qu’elle soit encore mariée…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires