Débats budgétaires : Le député Reza Uteem critique les « yes man » du gouvernement

Avec le soutien de

Le député&nbspmauve&nbspn’a&nbsp pas été tendre envers le gouvernement lors&nbspdes débats sur le Budget 2012 ce jeudi 17 novembre à l’Assemblée nationale. Evoquant&nbsp les nombreux « scandales » qui auraient éclaboussé le gouvernement, il a pointé du doigt les élus qui ne font qu’accepter aveuglément&nbsples décisions du Premier ministre.

«&nbspLe problème avec ce gouvernement, c’est le manque de thinking process autour des différentes mesures prises », a lancé Reza Uteem à la séance parlementaire de ce jeudi 17 novembre.

Le député de l’opposition a vivement critiqué les actions de Navin Ramgoolam. Un Premier ministre qui, dit-il, ne cesse de revenir sur ses décisions. Notamment&nbsp l’annulation de la taxe résidentielle ou encore celles sur les gros intérêts et les gros dividendes, introduites&nbsp&nbsp par le même chef du gouvernement l’année dernière.

L’annulation, toujours dans le budget 2012, de la taxe de solidarité visant les compagnies irrite également le député. « Alors que le&nbsp gouvernement a refusé de revoir la taxe sur les SMS qui ne devrait générer&nbsp que Rs 124 millions, la taxe de solidarité aurait quant à elle généré des revenues de Rs 200 millions à l’Etat », a-t-il lâché.

Lors de son intervention, le&nbsp député du Mouvement Militant Mauricien (MMM), n’a pas épargné&nbsp certains ministres, dont Xavier-Luc Duval qui avait pourtant applaudi les mesures prises par son prédécesseur Pravind Jugnauth dans le budget 2011. « Il avait félicité le ministre des Finances d’alors pour son excellent budget de continuité », a-t-il dit.

Les commentaires de Nita Deerpalsing, qui avait qualifié de crime la performance de l’investissement direct étranger (IDE) ont aussi été repris par Reza Uteem. « Nita Deerpalsing qui n’est toujours pas ministre des Finances avait alors préféré garder le silence, toujours avec cette&nbsp politique de One governement, one Prime minister », a-t-il déclaré.

Les ministres Jeetah et Beebeejaun ont également été vertement critiqués&nbsp dans le discours de Reza Uteem. Il a rappelé leur association au rachat de&nbsp la clinique MedPoint, avant de lancer haut et fort que tous ceux impliqués directement ou indirectement dans cette affaire devront assumer leurs responsabilités et poursuivis si trouvés coupables. « Le MMM ne lâchera pas prise tant que la vérité n’est pas faite sur ce scandale du siècle », a-t-il dit.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires