Cyclisme - A partir de 2014 : Le BRSC ne présentera plus d’équipe route

Avec le soutien de

La décision a été prise par son comité directeur la semaine dernière : le Black River Sporting Club (BRSC) ne présentera plus d’équipe de cyclisme sur route à partir de la saison 2014.
 
Plusieurs raisons ont motivé cette décision, selon le président du club de l’ouest, Michel Mayer. La principale étant le manque de sécurité sur les routes mauriciennes. De plus, le club peine à trouver de nouveaux coureurs pour assurer la relève. Le BRSC a déjà communiqué sa décision à la Fédération mauricienne de cyclisme (FMC).
 
«Quand nous avons lancé le club en 2009, nous comptions beaucoup sur les jeunes pour le faire vivre. Avec James Colin Mayer, Gregory Piat, Gabriel Mayer, les frères Perdrau, Hubert et Guillaume, nous avions une belle brochette de jeunes. Mais peu à peu, ils ont pris leurs distances notamment en raison de leurs études. Ce qui fait qu’aujourd’hui, nous n’avons plus de relève», indique Michel Mayer.
 
Pour celui-ci, il n’est plus possible de présenter une équipe avec seulement quatre coureurs, à savoir Steward Pharmasse, Thierry David, Robert Charoux et Jeremy Seeyave. «Jeremy Seeyave va sûrement partir pour entreprendre des études lui aussi dans un avenir proche», note le président du BRSC.
 
Mais la principale raison de son retrait est que les routes sont devenues trop dangereuses. «L’insécurité routière est devenue infernale, surtout dans l’ouest où nos coureurs s’entraînent principalement. En tant que parent, je vivais un calvaire quand mes deux fils, Gabriel et Alexandre, étaient sur la route. Nous avons des difficultés à recruter des jeunes pour faire de la route pour cette raison surtout. Par conséquent, nous allons poursuivre dans notre logique de mettre davantage l’accent sur le vélo tout terrain (VTT). Nous avons déjà averti la fédération de notre décision et espérons qu’elle nous permettra de demeurer un club affilié», explique Michel Mayer.
 
Mais quid des coureurs du club qui ne font pas de VTT ? «Nous avons déjà évoqué nos projets avec tous les coureurs. Nous sommes conscients que certains d’entre eux ne font pas de VTT. Mais je ne pense pas, au vu de leurs qualités, qu’ils auront des difficultés à trouver un autre club», répond notre interlocuteur.
 
Poussant plus loin sa réflexion, le président du BRSC indique que le cyclisme local doit se réinventer. «Au niveau de la fédération, on ne se réinvente pas. Il faut vivre avec son époque. Personnellement, je ne vois pas d’avenir à Maurice pour le cyclisme sur route dans les années qui viennent. En VTT, les conditions sont meilleures, il y a de la camaraderie, on évite l’insécurité routière et on est en contact avec la nature. C’est la tendance au niveau mondial désormais, on le voit avec le triathlon traditionnel qui disparaît peu à peu pour laisser la place au XTerra (NdlR : triathlon qui combine nage en eaux vives, VTT et trail). Au niveau du BRSC, désormais, nous souhaitons organiser des courses en collaboration avec la commission VTT», laisse entendre Michel Mayer.
 
Cela dit, le président du BRSC laisse entendre que cette décision provoque chez lui un peu de tristesse tout de même. «C’est tout de même un peu triste de ne plus faire de vélo sur route mais je pense qu’au vu de la situation actuelle, nous avons pris la meilleure décision. Le BRSC a eu une très bonne saison 2013. Le nombre de victoires a même dépassé nos prévisions», conclut-il.
Publicité
Publicité
Soutenez lexpress.mu

Pendant cette période post-confinement et en attendant que les nuages économiques associés au Covid-19 se dissipent, profitez de l’express, Business Mag, Weekly, 5-Plus Dimanche, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
Suivez le meilleur de
l'actualité à l'île Maurice

Inscrivez-vous à la newsletter pour le meilleur de l'info

OK
Pour prévenir tout abus, nous exigeons que vous confirmiez votre abonnement

Plus tardNe plus afficher

x