Culture du riz: Les Comores veulent renforcer leur sécurité alimentaire

Avec le soutien de

Le Centre national pour la recherche et l''''exploitation agricole (CNREA) a procédé, la semaine dernière,&nbsp à l''installation de son unité de transformation du riz comorien dans le haut plateau de Shindini, situé à Kuwa ya Mitsamihuli au nord de la Grande Comore (Ngazidja). Cette initiative vient boucler les trois années de la phase d''expérimentation de la production.

Cette machine est dotée d''une capacité permettant de décortiquer, blanchir et trier une tonne de paddy par heure. La production du riz comorien servira non seulement à la consommation mais aussi à la semence. “Jusqu''ici, nous avons réussi à expérimenter huit variétés en provenance d''Asie et d''Amérique latine. Des variétés obtenues à partir de Madagascar”, a indiqué le M. Zakouane, président de u CNREA. L''expérience faite sur l''usine se serait avéré “très concluante avec un rendement d''usinage de 70 pour cent“. Un taux largement supérieur à la normale.

Pour le moment, la production locale ne couvre que 10 % des besoins de l’Union des Comores. Cet archipel dispose de 115,883 hectares de terre cultivable. Le riz demeure de loin la denrée alimentaire la plus consommée par ses habitants, derrière la banane et&nbsp le manioc. Les Comores&nbsp importent du Pakistan, de l’Inde, du Brésil et même de Dubaï , entre de 20 et 40 000 tonnes de riz par an.

Cependant, selon des&nbsp études, le&nbsp rendement pourrait être de 4 à 5 tonnes de riz par hectare. Et l’on estime&nbsp qu’il suffirait de mobiliser 10 000 hectares de la&nbsp surface nationale cultivable pour produire les 50 000 tonnes, toutes qualités confondues, dont les Comoriens ont besoin pour s’assurer une autosuffisance en riz.

Non seulement l’archipel&nbsp dispose de la terre fertile, mais également toutes les études réalisées sur le&nbsp sol démontrent parfaitement que l’on peut facilement, par le système de production pluviale, produire du riz aux Comores par cycle de 120 jours.

Aux&nbsp Comores, ou&nbsp la consommation annuelle de riz par habitant avoisine les 100 kilogrammes, la recherche des moyens d’une production locale devrait figurer parmi les priorités du gouvernement, non seulement pour économiser des devises étrangères, mais aussi pour renforcer la sécurité alimentaire.

Et ce ne serait pas utopique pour les Comores. « Nous avons la terre et la main d’œuvre nécessaires. La technique, on peut l’acquérir, en si peu de temps, de nos amis Chinois qui disposent d’une technologie inestimable en matière de production de riz, notamment hybride », affirment les responsables du CNREA.

Les Comores se trouvent dans le canal de Mozambique au nord-ouest de Madagascar et face au Mozambique. Ces quatre îles volcaniques, qui couvrent une superficie de 2236 km², sont :Grande Comore ,Anjouan et&nbsp Mohéli&nbsp (ui font partie de l’Union des Comores), et Mayotte,&nbsp encore sous administration française.

Sources : Al Wattan, Comores-Web


&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires