CTSP : les débats sur le Best Loser System masquent la question de financement politique

Avec le soutien de

La Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP) déplore que les débats sur le Best Loser System (BLS), dans le cadre d’une éventuelle réforme électorale, occultent la question de financement politique. Un forum réunira les représentants de tous les partis politiques pour débattre de cette question.

Pas de démocratisation de la politique sans un système de financement transparente pour les formations politiques. C’est l’avis de la CTSP qui annonce la tenue d’un forum sur le sujet le 23 février prochain à son siège à Rose-Hill. Le président de la confédération, Reaz Chuttoo, a animé une conférence de presse ce mercredi 15 février pour faire état de ses priorités dans le cadre d’une réforme de notre système électoral.

Reaz Chuttoo soutient que le financement politique est un élément fondamental de la démocratisation de notre système électoral. Il affirme que les travailleurs subissent directement les conséquences du manque de transparence concernant le financement des partis politiques. Les débats sur le BLS, affirme-t-il, n’ont jamais servi la cause des travailleurs.

« Les travailleurs sont en train de subir une injustice sociale flagrante, pas en tant que communauté mais en tant que classe sociale. Ils font face à un lobby du patronat qui est très puissant et qui découle du pouvoir de l’argent », explique le syndicaliste.

Ce sont ces mêmes lobbies qui sont, selon Reaz Chuttoo, à l’origine des deux lois du travail votées en 2008 et qui ont entraîné une érosion drastique des droits des travailleurs. Reaz Chuttoo estime que ces lobbies sont intimement liés au pouvoir de l’argent.

Il rappelle également que les partis politiques à Maurice ne sont pas des entités légales et ne sont pas, de ce fait, dans l’obligation de tenir des comptes audités de leurs revenus et de leurs dépenses.

C’est la raison pour laquelle, les dirigeants de la CTSP ont décidé d’organiser un débat sur ce thème. Ce sera une occasion pour les dirigeants politiques de prendre position sur la question et de situer leurs priorités dans le cadre de la réforme électorale annoncée.

Outre les représentants politiques, Reaz Chuttoo prévoit la participation de sociologues et d’hommes de loi en vue d’alimenter la discussion.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires