CSG-Solidarité demande aux travailleurs de boycotter les partis traditionnels

Avec le soutien de

CSG-Solidarité lance un mot d’ordre aux salariés de se détacher des partis politiques traditionnels et de leurs alliances.

Cette confédération demande aux travailleurs de ne pas tomber dans les pièges des campagnes communales menées par ces partis politiques. «La CSG-Solidarité demande à la classe des travailleurs de prendre leurs distances, de se détacher de ces partis politiques pro-capitalistes et pro-communalistes», lance ainsi Serge Jauffret, président de cette confédération.

«La CSG-Solidarité demande aux aussi travailleurs de ne pas tomber dans les pièges des organisations communalistes. L’unité du peuple, l’unité des travailleurs, c’est sacré pour les travailleurs et leur lutte contre n’importe quel gouvernement qui prendra le pouvoir après le 5 mai», poursuit-il.

En vue du Nomination Day, le 17 avril, cette confédération appelle les délégués syndicaux et les travailleurs de se porter candidats, mais de ne pas remplir la section 5 (relative à l’appartenance ethnique) du Nomination Paper.

Plusieurs membres de CSG-Solidarité poseront leurs candidatures aux élections générales, à travers la Plate-forme pour une Nouvelle Constitution (PNC).&nbsp A l’instar de Serge Jauffret et de Veenoo Ramsamy.&nbsp «Nous lançons un appel aux travailleurs de soutenir l’action de la Plate-forme pour une nouvelle Constitution»,&nbsp déclare Serge Jauffret.

Et d’ajouter, «il est clair qu’aujourd’hui, la classe des travailleurs est orpheline. Les travailleurs n’ont pas de voix politique qui correspond à leurs intérêts dans ces élections. C’est pourquoi il a fallu la créer, donner naissance à un mouvement politique pour les travailleurs».

La CSG Solidarité encourage les travailleurs «à poser des questions aux députés du gouvernement sur la politique anti-travailleur que celui-ci a appliqué pendant ces cinq dernières années» et aux députés de l’opposition «pour avoir été de connivence avec cette politique de l’Etat». Selon la CSG, ce sont les mouvements syndicaux et associatifs qui ont constitué «la vraie opposition» aux politiques économiques- défavorables aux travailleurs- de l’Alliance sociale durant son mandat.

De plus, cette confédération annonce un autre rendez-vous important suite au jour du dépôt de candidatures. C’est bien sûr, celui de la fête du travail, le 1er mai 2010. La CSG-Solidarité et ses partenaires, le Muvman Premye Me, Rezistans ek Alternativ invitent les travailleurs et citoyens à se réunir comme chaque année, à la Place des Taxis à Beau-Bassin, pour un «rassemblement anti-communal».

«Nous espérons que les travailleurs répondront à notre appel et viendront en masse le 1er mai. Nous leur demandons de boycotter les meetings des partis politiques, de ne pas ‘alle fer boucou’ dans leurs ‘meetings’ juste pour avoir droit aux repas qu’offriront ces partis ce jour là», soutient Atma Shanto, un autre porte-parole de la CSG-Solidarité.

Lors de son rendez-vous pour la fête du travail, la CSG-Solidarité et ses partenaires affirment qu’ils mettront l’accent sur «la nécessité de mieux partager la richesse dans le pays».
&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires