Crime à Grand-Baie : Reena Manogee aurait été tuée pour avoir pris le client d’un travesti

Avec le soutien de

Reena Manogee aurait été tuée pour avoir pris le client d’un travesti. Dans ce milieu, la famille arrêtée est accusée d’avoir égorgé la jeune femme pour une sombre histoire de Subutex.

Sexe, drogue et vengeance. Ce sont là les trois ingrédients qui auraient coûté la vie à Lutchmee Manogee, dit Reena, 26 ans, tard dans la nuit du mercredi 8 juin à Grand-Baie.

Vingt-quatre heures après le crime, les limiers de la CID de Grand-Baie ainsi que la Major Crimes Investigation Team (MCIT) parviennent, peu à peu, à démêler cet écheveau. Mais ils se retrouvent avec deux versions totalement contradictoires.

D’abord, sur les quatre suspects qu’ils ont arrêtés ce jeudi 9 mai, trois d’entre eux expliquent avoir été présents au moment du crime. Marie-Claude Duquesne, 34 ans, ainsi que son fils et sa fille âgés de 17 et 15 ans, déclarent avoir été partie prenante du meurtre commis par un dénommé Nelson Stewart Philibert, aussi dit Macumba, un travesti de 26 ans.

Le mobile serait la vengeance. Macumba aurait égorgé Reena Manogee avec un cutter parce qu’elle lui aurait « volé » un client réunionnais. Les trois suspects ont ainsi participé à une reconstitution des faits en fin d’après-midi du jeudi 9 juin, dans la ruelle à l’arrière du restaurant Bay Lounge, à côté du Banana Café, autre pub très fréquenté par les noctambules de Grand-Baie.

Macumba, lui, nie les faits. L’enquête, menée par la police dans le milieu travesti de Grand-Baie, donne une autre version au crime. Le fils de Marie-Claude Duquesne se serait vengé de la victime à cause d’une sombre histoire de Subutex.

Reena Manogee étant effectivement fichée auprès de la police pour être une fille de joie et une droguée, les&nbsp limiers vont approfondir leurs investigations dans la journée de ce vendredi 10 juin. D’autant que la jeune femme revenait à peine d’une cure de désintoxication.

La thèse que le fils de Marie-Claude Duquesne se serait vengé tient également la route l’adolescent est un habitué du centre de correction. Violent, il aurait pris le relais d’un oncle impliqué dans le trafic de stupéfiants malgré son jeune âge.

Les enquêteurs vont aussi plancher sur les images de vidéosurveillance qui ont capté le moment du crime pour tenter de discerner le visage de l’assassin grâce à des moyens techniques plus avancés.

Les quatre suspects devront être traduits devant le tribunal de Mapou ce matin du vendredi 10 juin sous une accusation provisoire de meurtre.

&nbsp

Vel Moonien et Bertrand Hrisson

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires