Corruption alléguée au BOI : Paul Bérenger réclame le départ du président Maurice Lam

Avec le soutien de

Le leader de l’opposition estime que le président du Board of Investment (BOI), Maurice Lam, n’a plus sa place à la tête de cette institution. Il promet de faire toute la lumière sur le « trafic de permis » au BOI, dans l’éventualité d’un retour du Mouvement militant mauricien (MMM) au gouvernement.

Paul Bérenger réclame la tête du président du BOI, Maurice Lam. Le leader de l’opposition a longuement commenté les allégations sur « le trafic » de permis de résidence et de travail délivrés aux étrangers, lors de sa conférence de presse de ce samedi 7 juillet. L’institution qui est censée promouvoir les investissements étrangers à Maurice est actuellement éclaboussée de plein fouet par le scandale de racket qui serait exercé à l’égard des étrangers demandeurs de permis. « Maurice Lam n’a clairement plus sa place à la tête du BOI », martèle Paul Bérenger.

Le leader mauve affirme détenir des informations sur certaines mesures prises par le président du BOI depuis son retour précipité de Singapour cette semaine. Il soutient que Maurice Lam a mis en place toute une stratégie de « verrouillage » dans le but, semble-t-il, de prévenir toute fuite d’informations. Plusieurs systèmes informatisés de surveillance des employés du BOI ont été installés, selon les dires de Paul Bérenger. Des mesures que le leader du MMM qualifie d’inacceptables.

Paul Bérenger soutient qu’il faudra inévitablement attendre un changement de gouvernement pour connaître tous les tenants et aboutissants de cette sombre affaire de trafic de permis de résidence et travail. Ainsi, il promet de faire toute la lumière « dans la mesure du possible » sur les agissements du BOI dans l’éventualité d’un retour du MMM aux affaires de l’Etat. Il maintient que ce trafic allégué dure depuis la proclamation de la Business Facilitation Act en 2007. Il rappelle qu’il a, en plusieurs occasions, dénoncé des malversations à ce niveau.

Le leader de l’opposition s’insurge également contre la manière dont certains témoins ont pu quitter le pays. Il affirme que certains protagonistes sont fichés auprès de la police française et s’étonne que ni la police, ni les responsables du BOI n’aient accordé d’importance au passé de demandeurs de permis.

Paul Bérenger a également commenté le carnaval organisé par la Mauritius Tourism Promotion Authority (MTPA) dimanche dernier à Flic-en-Flac. Il considère que ce carnaval que la MTPA souhaiterait voir devenir un événement annuel ternit l’image de la destination Maurice dans le secteur touristique.

« Ce fut un tamassa typique du Parti mauricien social démocrate. Ce genre d’événement est l’essence même du PMSD », soutient-il.

Commentant l’article paru dans le quotidien Times of India, au centre de controverses depuis ce vendredi 6 juillet, Paul Bérenger est d’avis que le ministre Boolell a commis une maladresse en répondant aux questions même s’il admet que le journaliste indien ait pu donner dans l’exagération en rapportant les propos du ministre des Affaires étrangères.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires