Contraception : la position de l’Eglise catholique n’a pas changé

Avec le soutien de

La position de l''''Église en matière de contraception "n''a pas changé", selon la directrice du quotidien français La Croix, citée par la chaine de télévision France24.

L''évocation par Benoît XVI, dans un livre d''entretiens, des conditions dans lesquelles l’utilisation du préservatif n’est pas proscrite par l’Église ne modifie pas les conceptions du Vatican, selon la directrice de "La Croix".&nbsp Ce qu’on pourrait assimiler à une révolution de la position de l’Église devant l’utilisation des préservatifs n’a en réalité rien à voir avec&nbsp une volte-face, estime Dominique Quinio, directrice du quotidien de sensibilité chrétienne "La Croix", interrogée par France24.

Le livre "Lumières du monde" où Benoît XVI s''est exprimé est issu d''une série d''entretiens avec le journaliste Peter Seewald. Il devrait être présenté ce mardi&nbsp à la presse, dans ses versions italienne et allemande avant sa parution en France, le 3 décembre.

Selon Dominique Quinio, les propos de Benoît XVI, évoquant l''utilisation du préservatif "dans certains cas" pour éviter la contamination de maladies infectieuses, ne doivent pas être interprétés comme une évolution du dogme de l’Église en matière de contraception. "Ses propos font bien évidemment référence au sida, précise-t-elle. Il explique que le préservatif n’est pas la solution au problème du sida mais l’utilisation du préservatif est un acte de responsabilité."

Ces paroles, explique encore la directrice de la rédaction de "La Croix", sont une réponse aux critiques émises contre le souverain pontif qui, à l’occasion de son voyage en Afrique en 2009, avait estimé que la seule utilisation du préservatif dans la lutte contre le sida ne pouvait qu’aggraver la situation.&nbsp Cette déclaration, très largement reprise et commentée, avait provoqué l’ire des organisations chargées de lutter contre l’épidémie de sida en Afrique subsaharienne, où 22 millions de personnes seraient infectées par ce virus.&nbsp “Le pape a mal vécu les réactions qui ont suivies cette déclaration, raconte Dominique Quinio. Il a été blessé que l’Église soit en retour perçue comme un monstre inhumain."

Dans le livre d’entretiens "Lumières du monde", à paraître ce 23 novembre, Benoît XVI insiste sur cette question de l’utilisation du préservatif en expliquant que ce n’est pas une "solution morale" au problème du sida. En revanche, le Saint-Père déclare que "dans l’intention de réduire le risque de contamination, l’utilisation d’un préservatif peut cependant constituer un premier pas sur le chemin d’une sexualité vécue autrement, une sexualité plus humaine."

Jusqu’à présent, le Vatican avait toujours interdit l’utilisation de toute forme de contraception (autre que l’abstinence), y compris dans le cas où ces techniques permettaient de lutter contre les maladies sexuellement transmissibles.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires