Congrès politique : Le Parti travailliste cible Pravind Jugnauth sans épargner Paul Bérenger

Avec le soutien de

Le premier rassemblement du Parti travailliste (PTr) à Rivière-du-Rempart a été l’occasion pour les orateurs rouges de régler leurs comptes avec le Mouvement socialiste mauricien (MSM). Ils réclament la démission de Pratibha Bholah et fustigent Paul Bérenger.

C’est dans la circonscription No 7 (Piton/Rivière-du-Rempart) que le PTr a devancé le MSM en y lançant sa série de congrès annoncée à travers l’île, ce mercredi 24 août. Mis à part le Premier ministre, Navin Ramgoolam et le ministre des Arts et de la Culture, Mukeshwar Choonee, tous les élus rouges des trois circonscriptions du Nord y ont pris la parole.

Accompagnés des principaux dirigeants du PTr, dont le secrétaire général et le président du parti, Lormesh Bundhoo et Patrick Assirvaden, ainsi que Sheila Bappoo et Arvin Boolell, ils se sont tous attaqués avec virulence au leader du MSM, Pravind Jugnauth.

Ils ont mis l’accent sur l’affaire MedPoint en la présentant comme l’unique raison à l’origine de la cassure et de la « trahison » du MSM. Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM), Paul Bérenger, est également pris pour cible. Ce qui n’était pas le cas jusqu’ici lors des interventions publiques du Premier ministre. Ils lui reprochent son soutien aux dissidents de l’Alliance de l’Avenir et sa demande d’élections anticipées.

Lormesh Bundhoo a choisi, pour sa part, de traîner le président de République sur la scène de la politique partisane. Il considère que le PTr a accordé une deuxième chance à sir Anerood Jugnauth en renouvelant son mandat à la tête de l’Etat en 2008 avant de sortir, un an plus tard, son fils Pravind Jugnauth du « carreau canne » en l’aidant à remporter l’élection partielle au No 8 (Moka/Quartier-Militaire).

« Nous avons sauvé le père et le fils. Maintenant il nous a trahis », s’insurge le secrétaire général du PTr et ministre de la Santé.

Deva Virahsawmy demande, lui, à Paul Bérenger d’accepter qu’il restera le leader de l’opposition pour les quatre ans à venir. Les autres orateurs ont rappelé que Paul Bérenger à l’habitude de réclamer des élections anticipées.
« C’est ce qu’il a fait depuis 2005. C’est la même chanson qu’il nous repasse aujourd’hui », souligne Sheila Bappoo.

Le Private Parliamentary Secretary et député de la circonscription, Balkissoon Hookoom, a été le premier à s’en prendre à Pratibha Bholah. Il estime que son ex-colistière a choisi de défendre les intérêts d’un clan familial plutôt que celui de ses mandants.

« Et vous savez de quelle famille. Elle doit vous rendre votre vote et si elle a le courage qu’elle se représente devant vous », ajoute-t-il.

Sheila Bappoo et Patrick Assirvaden soutiennent, pour leur part, que les députés orange ont « magouillé » dans le dos de leurs colistiers du PTr pour les devancer lors des élections générales de 2010.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires