Congrès du MMM : Une absence de propositions face aux défis nationaux

Avec le soutien de

Paul Bérenger l’a annoncé officiellement: l’avenir immédiat du Mouvement Militant Mauricien (MMM) se conjuguera avec le Parti Militant Socialiste Démocrate (PMSD) de Maurice Allet et l’Union Nationale d’Ashok Jugnauth. Cette alliance ira aux éventuelles élections partielles ou générales, avec Paul Bérenger comme leader et candidat au poste de Premier ministre.

Un congrès, ça sert souvent à définir les grandes orientations d’une formation politique et, accessoirement, à poser les rapports des forces entre des courants ou des personnalités à la tête d’un parti. A Maurice, c’est un meeting. Sauf qu’à la place d’une caisse à savon, les politiques «invitent» dans une salle. Mais le fond reste le même.

Ce n’est donc pas étonnant que les différents orateurs mauves, lors du congrès marquant le 39e anniversaire de la création du parti, ont tous fustigé l’attitude du Mouvement Militant Socialiste (MSM) et il est maintenant clair que le MMM a coupé tous les ponts avec le parti de Pravind Jugnauth. L’ancien «petit frère» est devenu l’ennemi public numéro 1 du parti du cœur. Ne soyons pas surpris que le MSM trouve un prétexte pour organiser prochainement un «congrès» afin de répondre aux critiques du MMM. Tous les prétextes sont bons pour travestir le sens de l’engagement politique et du bon vieux concept qu’est celui de «servir la cité»…

Pour revenir au congrès-anniversaire du MMM, l’on retient l’intention fermement énoncée de Paul Bérenger d’entamer la réforme électorale avec un Parti Travailliste éventuellement motivé. Hormis cette déclaration, aucune proposition sur les sujets brûlants de l’actualité. Mais ce n’est pas ce qu’attendait l’assistance à l’auditorium Octave Wiehé, ce dimanche.

Car le congrès n’a finalement été que le théâtre d’une brève rétrospective sur les grands moments du parti, son positionnement sur l’échiquier politique actuel et l’avenir immédiat des membres du parti.

Si les participants ont, tour à tour, égratigné la politique économique du gouvernement et se sont appesantis sur le fait que «2009 sera une année encore plus difficile financièrement», aucun des orateurs du MMM n’a énoncé la politique du parti ou émis des propositions sur les grands défis: la situation financière, l’éducation, l’environnement, entre autres.

Pourtant, le ton était donné lors de l’intervention de Vishnu Lutchmeenaraidoo. «Si le pays est un bateau, nous ne sommes pas loin des brisants. Et ce gouvernement ne pourra nous sauver du naufrage», a-t-il entonné pour fouetter l’assistance.

Vishnu Lutchmeenaraidoo prévoit «des licenciements dans le secteur du tourisme et de la zone franche.» Et il s’est aussi demandé «Que fait le gouvernement? Quelle solution ont-ils?». Alors qu’on s’attendait au crescendo de son discours – ses propositions à lui – l’assistance a eu droit à un «Nous viendrons dessus plus tard. Je ne vais pas vous promettre des miracles, mais on réussira grâce à vous.»

Autre orateur, autre registre. Rajesh Bhagwan n’a pas mâché ses mots à l’égard de Pravind Jugnauth, lâchant une fois de plus que «sans son argent et son nom, il n’est rien. Il ne sera même pas ministre.» Et emporté par la frénésie du micro, il a comparé le leader du MSM à la grenouille qui voulait imiter le bœuf d’un certain Lafontaine avant de clamer haut et fort que seul Paul Bérenger sera le Premier ministre d’un éventuel gouvernement dans lequel le MMM ferait partie.

En dernier orateur, le discours de Paul Bérenger s’est agencé comme un condensé des précédents orateurs, avant de donner les deux nouvelles du jour – la nouvelle alliance des mauves et sa ferme intention concernant la réforme électorale. Il a confirmé que «De par son comportement et ses déclarations, Pravind Jugnauth a dressé un mur entre le MMM et le MSM.»

Au final, pour son 39ème anniversaire, le MMM a organisé un congrès par ses partisans et pour ces derniers. Il n’en a été rien des attentes d’autres votants flottants qui ne demandaient qu’à être séduits par le discours «militant».

Et quoiqu’en dise l’assistance – qu’on leur a promis ni briani, ni argent pour remplir l’auditorium – les voitures arborant les couleurs du MMM sillonnant les rues afin de mobiliser les gens à venir à Réduit, comme cela se fait lors des élections, laisse un goût amer chez ceux qui s’attendaient à un discours alternatif sur ce que propose le parti de Paul Bérenger. Représenter l’alternance ne consisterait-elle qu’à taper sur Pravind Jugnauth? Serait-on du côté des mauves déjà jaloux d’un éventuel rapprochement PTr-MSM.

Ecoutez le discours intégral de Paul Bérenger

Amrish BUCKTOWARSING

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires