Comores : La sécurité renforcée pour l’élection présidentielle du 26 décembre

Avec le soutien de

La Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni) a tenu mardi un atelier sur le renforcement des capacités des officiers de l’armée pour la sécurisation électorale.

Plusieurs membres de la Ceni&nbsp et du comité de suivi ont pris part à cet atelier de travail à&nbsp 11 jours des élections présidentielles et des gouverneurs du 26 décembre prochain. « La tenue de cet atelier est d’autant plus importante qu’elle intervient à un moment crucial du processus, à savoir l’entre deux tours des élections harmonisées du président de l’Union des Comores et des gouverneurs des îles ( ndlr Grande Comore, Anjouan et Mohéli) », a déclaré Opia Mensah Kumah, Coordinateur résident du Système des Nations Unies aux Comores .

Cette formation a eu lieu après les critiques faites à l’endroit de l’armée pendant le premier tour du 7 novemnre, notamment dans l’île d’Anjouan. « Nous souhaitons que les principes qui guident les Nations Unies peuvent s’appliquer aussi aux forces de sécurité, notamment la neutralité, l’équité et le professionnalisme », a poursuivi&nbsp le diplomate onusien, avant d’ajouter que « l’une des principales missions des forces de sécurité est de garantir un environnement stable et apaisé autour des lieux de vote et sur l’ensemble du pays ».

Le dernier scrutin du 7 novembre a été marqué par certains dysfonctionnements. Certes ces manquements n’ont pas été de nature à invalider les élections ni à provoquer des troubles à l’ordre public, mais la commission électorale a tenu à les corriger avant le deuxième tour. « Nous allons redoubler d’efforts en vue d’apporter les corrections adéquates, pour faire du deuxième tour des élections harmonisées, un scrutin qui respecte les principes fondamentaux de la démocratie », a affirmé de son côté&nbsp le colonel Mohamed Gamil, chef d’Etat-major de l’armée comorienne.

Au cours de cette formation de sécurisation électorale, trois objectifs étaient visés : la sécurité physique des édifices et du matériel électoral, la sécurité personnelle à savoir les candidats et les électeurs et la sécurité de l’organe en charge des élections. « La sécurisation est un enjeu capital dans le processus électoral car elle peut apporter la paix et la stabilité dans l’ensemble du pays », a déclaré&nbsp pour sa part Madi Lagera, président de la Ceni.

Dans ce même contexte, la Commission électorale a pris des mesures pour éviter d’éventuelles fraudes au second tour des élections présidentielles et des gouverneurs dans le pays. « Les bulletins de vote seront contresignés par le président du bureau de vote, son secrétaire et un assesseur qui sera choisi par la Ceni », assure Said Mze Dafine, commissaire chargé de la communication à la Ceni.

Trois candidats s’affronteront pour le poste de président, à savoir Ikililou Dhoinine, Saïd Fazul et Abdou Djabir .

(Sources : Comores-Web&nbsp (roinaka.skyrock.com)

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires