Comores: l’opposition accuse le pouvoir d’avoir « acheté » l’élection

Avec le soutien de

Un candidat de l’opposition aux Comores, Said Larifou, a accusé le pouvoir d’avoir "acheté" des électeurs pour parvenir en tête du premier tour de l’élection présidentielle tenue ce dimanche 7 novembre.

"Les Mohéliens n’ont pas voté, ils ont été achetés par Ikililou (Dhoinine)", le vice-président sortant des Comores arrivé en tête du scrutin, a déclaré à la presse, tard mardi soir, Said Larifou, colistier de l’opposant Mohamed Said Fazul, arrivé pour sa part en deuxième position.

Soutenu par le président sortant Ahmed Abdallah Sambi, le Dr. Ikililou Dhoinine a obtenu 26,91% des suffrages exprimés, suivi par Mohamed Said Fazul avec 21,65% et Bianrifi Tarmidi avec 10,90% des suffrages exprimés, selon des résultats encore provisoires annoncés par la commission électorale. Le taux de participation avoisinerait les 65 %. Ces trois candidats arrivés en tête disputeront un second tour le 26 décembre.

"L’usage massif de l’argent pour corrompre les électeurs jette un discrédit total sur ce scrutin", a estimé Me Larifou, un avocat ayant la double nationalité comorienne et française. Mohamed Said Fazul, ancien président de l’île de Mohéli, a annoncé pour sa part à l’AFP qu’il allait saisir la communauté internationale pour "la mise en place d’un observatoire militaire avec un commandement mixte (international et comorien) afin d’assurer la transparence du second tour".

A noter que le&nbsp premier tour de la présidentielle s’est tenu dans la seule île de Mohéli (21 429 électeurs), et mettait aux prises dix candidats issus de cette île, en vertu du principe constitutionnel de présidence tournante de l’archipel entre les îles de Mohéli, Grande-Comore et Anjouan. Pour le second tour du 26 décembre, l l’ensemble des 384 358 électeurs comoriens seront appelés à voter.

Pour sa part, Bianrifi Tarmidi, ancien premier ministre de la République des Comores, affirme que dans l’ensemble le scrutin a été acceptable sur le déroulement. « On déplore quelques cas d’agressions et restriction de la liberté de circuler à des citoyens bien ciblés », a déclaré le candidat indépendant. Toutefois, Bianrifi reste convaincu que le scrutin de dimanche s’est déroulé dans une ambiance sereine.

De son côté, l’Observatoire des élections, accréditée&nbsp par la Commission électorale indépendante, estime que le scrutin s’est déroulé dans&nbsp un&nbsp climat de sérénité, de calme et de responsabilité.

(Source : Comores-Web)

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires