Comores : Accent sur la formation technique et professionnelle des jeunes

Avec le soutien de

Les Comores se trouvent confrontées au problème des jeunes qui quittent l’enseignement général sans aucun diplôme. Certains d’entre eux se trouvent entassés dans les villes et villages sans occupation.Les autorités tentent de trouver une solution.

&nbspAinsi,&nbsp le ministère de l’Education nationale a réuni des experts nationaux des trois îles afin « d’aboutir à l’adoption d’une vision harmonisée et concertée du cadre conceptuel et légal du secteur », indique, Said Abdou Ahamada, inspecteur pédagogique.

« Les orientations stratégiques », se trouvent être l’un des deux volets étudiés dans ces assises tenues du 28 au 30 décembre dernier. « Notre mobilisation s’impose pour accompagner cette politique qui a comme finalité de lutter contre la pauvreté », avance le directeur de cabinet du ministère de l’Education, lors de la cérémonie de clôture de cet atelier national sur « la relance du partenariat de la formation technique &amp professionnelle (FTP »).

Et celui qui parle au nom du ministre de l’Education nationale et de la recherche d’ajouter que l’objectif de cet atelier est « de valoriser nos ressources par différents outils dont la formation technique et professionnelle et comme résultat l’assurance d’une sécurité sociale fondée sur une auto suffisance alimentaire et une capacité financière du pays lui permettant de sortir progressivement de la dépendance économique ».

Sania Boina Boina, spécialiste en ingénierie de projet et de formation,&nbsp se réjouit visiblement par « un résultat satisfaisants », car selon celle qui était parmi les deux formateurs nationaux estime que « le travail s’est bien déroulé et le débat est mené dans un bon climat ». « Le marché de l’emploi est comme tout autre marché où se confrontent l’offre et la demande », définit Ahmed Ali Bazi, le président de l’Union des Chambre de commerce, de l’industrie et d’Agriculture des Comores (UCCIA).

Parmi les objectifs globaux de cet atelier il convient de « contribuer au développement du capital humain à travers l’éducation afin de réduire la pauvreté », déclare Amroine Dharkaoui directeur du PASEC, ce projet financé par l’Union européenne qui touche à sa fin.

Source : Comores-Web

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires