Commercialisation de poissons : Une criée sera fonctionnelle en décembre à Les Salines

Avec le soutien de

Il y a du nouveau dans le secteur de la pêche. Une criée est en construction à Fort-Williams. Elle sera opérationnelle en décembre 2010. C’est ce qu’a annoncé le ministre de la Pêche et de Rodrigues, Nicolas Von Mally, lors d’une visite à l’usine Thon des Mascareignes, le jeudi 10 juin 2010.

La criée, un concept innovant à Maurice, qui sera située près de Les Salines, permettra aux pêcheurs mauriciens d’assurer la vente de leur prise. Par la même occasion, les Européens auront la possibilité de consommer des poissons frais pêchés dans les eaux de l’océan Indien.

Ce nouveau projet requiert un investissement de Rs 500 millions. La construction a été lancée au début de mai. Jean-Yvon Thepaut, conseiller expert au ministère de la Pêche, explique que Maurice a reçu une aide de Rs 25 millions de la Grèce, il y a 4 ans, pour le financement de ce projet.

«Cette halle aux poissons sera très moderne et informatisée. De telle sorte que dès que les navires de pêche auront fait leur prise, il sera déjà possible pour les Européens d’acheter ces poissons aux enchères sur internet. Les poissons frais leur seront accessibles après quelques heures de transport aérien. En ce qui concerne les poissons surgelés, le même principe s’applique mais le contrôle sera plus long à cause des normes d’hygiènes de congélation», explique Jean-Yvon Thepaut.
Quant aux Mauriciens qui voudront se procurer des poissons, la criée sera, pour eux, l’assurance de consommer un produit traité selon les normes européennes. Les poissons de la criée seront vendus à la tonne aux mareyeurs mauriciens enregistrés, qui en revendront au consommateur. «Tout sera sous contrôle et les pêcheurs sauront exactement à quel prix est vendue leur prise», affirme le conseiller expert du ministère de la Pêche.

Cette initiative promet surtout, selon Jean-Yvon Thepaut, de changer la condition de vie des pécheurs mauriciens. «Ils ne seront plus esclaves de la vente de leur pèche puisqu’ils pourront vendre leur prise à la criée. Ils seront assurés d’être rémunérer et les travaux de réparation de leurs matériaux de pêche seront pris en compte», souligne Jean Yvon Thepaut. Il précise que les profits réalisés sur les ventes de poisson permettront de financer les réparations ou d’améliorer le matériel des pêcheurs.

Une formation est aussi prévue pour les jeunes pêcheurs. «Ce projet comporte un volet social. Il n’y a pas assez de jeunes dans le secteur de la pêche. De ce fait, une formation complète sera donnée à ceux qui veulent intégrer ce secteur qui deviendra très lucratif», indique Jean-Yvon Thepaut.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires