Collège Ste-Marie : L?inscription débute

Avec le soutien de
Le premier collège catholique payant ne sera pas réservé aux seuls nantis ou uniquement aux catholiques. Ainsi en a décidé l?état-major du Bureau de l?éducation catholique (BEC), qui ouvrira le Collège Ste-Marie le 17 janvier 2005. C?est ce qui ressort d?une rencontre avec une vingtaine de parents d?élèves de l?école primaire de Lorette de Curepipe hier soir. L?Eglise explique sa décision d?ouvrir ce collège par le fait qu?il y avait une demande pour un tel établissement. ?Après le jugement du privy council de décembre 2003, des parents nous ont demandé de convertir un collège existant en collège payant. Cela n?étant pas faisable, nous avons pris la décision d?ouvrir un nouvel établissement?, dit Hervé de St-Pern, directeur du BEC. ?Nous voulons accueillir des enfants de toutes confessions religieuses pour qu?il y ait un vrai partage et enrichissement.? Ce qui cadre avec les valeurs prônées par les s?urs de Lorette, qui encadreront ce collège mixte. Les élèves ayant fréquenté les écoles primaires payantes Lorette de Vacoas et de Curepipe auront toutefois la priorité. Une quarantaine de places leur sont réservées. A ce jour, cinquante places sont encore vacantes et seront remplies sur le principe de ?premier arrivé, premier servi?. Les parents peuvent donc dès aujourd?hui inscrire leurs enfants. Un certain nombre de places iront à des étudiants issus de la classe défavorisée. Pour la première année, les cours seront dispensés dans une maison louée, à la rue Sir Charles Lees. La Private Secondary Schools Authority (PSSA) ayant donné son feu vert vendredi dernier, les travaux de reconversion peuvent débuter. A la rentrée 2006, le collège sera transféré à Beaux-Songes, où le diocèse de Port-Louis a déjà acquis un terrain proche du collège d?Etat de Palma. La construction débutera début 2005. Si pour certains l?emplacement n?est pas idéal, le BEC a des arguments convaincants. ?Nous pensions à un lieu plus accessible, mais il n?y a pas de collège catholique dans cette région et il y a moins de circulation?, explique Maryse D?Espaignet, coordonnatrice des collèges Lorette. Il s?agit d?un projet autofinancé : les parents cotiseront Rs 25 000 comme droit d?entrée et Rs 3 800 comme frais mensuels. Hervé de St- Pern précise que l?école sera à but non lucratif. Le projet démarrera avec six enseignants placés sous la direction de Janine Provençal. L?enseignement au collège se basera sur le système anglais mais offrira aussi la possibilité aux étudiants de suivre un programme menant au BAC International ou à l?IVTB-City & Guilds. Si le succès est au rendez-vous, l?Eglise envisagera la construction d?un second établissement de ce genre.
Questions à? Janine Provençal rectrice du collège Ste-Marie ● Que peut offrir de plus un collège payant ? Nous serons plus libres par rapport à la Private Secondary Schools Authority. L?autofinancement nous permettra d?innover au niveau de la pédagogie. Nous pourrons évoluer d?une façon nouvelle. Nous pourrions engager un professeur de théâtre pour offrir des cours aux étudiants. ● Qu?est-ce que ce suivi personnel proposé pour les étudiants ? Nous aurons trois classes de Form I avec 30 élèves pour commencer. Ce sera plus facile d?assurer le suivi de chaque étudiant. L?écoute, le conseil et même le career guidance tiendront une place importante. ● Les autorités catholiques disent que ce ne sera ni un collège de luxe ni un établissement élitiste. Qu?est-ce que ça veut dire ? Ce sera un collège d?élite de par la qualité de l?enseignement. Nous serons exigeants, notamment au niveau de la tenue. D?autres écoles payantes ont de grands projets. Pas nous. Nous ne proposerons ni plongée ni voyages. Nous ne voulons pas alourdir le fardeau des parents. ● Un établissement payant exclut de facto les moins aisés? Un système de bourse sera mis en place pour permettre à ces enfants de bénéficier d?une éducation au collège Ste-Marie. Nous prélèverons un pourcentage de la contribution de chaque parent pour permettre le financement d?étudiants qui n?ont pas les moyens. ● Pourquoi avoir accepté ce poste après neuf ans en tant qu?assistante rectrice au collège de Lorette de Rose-Hill ? Ce n?est pas un changement d?environnement vu que les Lorettes encadreront le collège. C?est une continuité. Le défi mérite d?être relevé.
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires