Cinq Travaillistes et Xavier Duval se partagent les ministères laissés libres par le MSM

Avec le soutien de

Les postes ministériels laissés vacants par les ministres démissionnaires du Mouvement socialiste militant (MSM) seront placés temporairement sous la responsabilité de ministres déjà en fonction.

Le ministère de la Fonction publique à Rashid Beebeejaun &nbsple Tourisme à Arvin Boolell &nbspla Santé à Abu Kasenally les Finances à Vasant Bunwaree &nbspla Sécurité sociale à Satish Faugoo et l’Industrie à Xavier-Luc Duval. Ainsi se définit la redistribution temporaire des cartes au sein du gouvernement de l’Alliance de l’Avenir.

C’est le vice-Premier ministre, Rashid Beebeejaun, qui s’est personnellement occupé de nommer des ministres par intérim aux postes laissés libres par les six anciens ministres du MSM. Des nominations effectuées, selon Rashid Beebeejaun, sur instruction de Navin Ramgoolam, en mission à Londres.

« Les dispositions ont été déjà prises pour que la suppléance de tous les ministères laissés vacants soit assurée avec l’aval du Premier ministre. Le gouvernement fonctionne donc tout à fait normalement et dans la stabilité la plus totale », écrit le Premier ministre par intérim dans un communiqué envoyé aux salles de rédaction en fin d’après-midi, du mardi 26 juillet.

La nomination de Vasant Bunwaree, actuel ministre de l’Education comme ministre des Finances par intérim en remplacement au leader du MSM, n’est pas une surprise. Puisque c’est toujours lui qui assurait habituellement l’intérim à ce poste en l’absence de Pravind Jugnauth. Vasant Bunwaree se retrouve avec des responsabilités importantes au moment où les premières consultations en prévision de la préparation du budget doivent débuter.

Le ministre des Affaires étrangères, Arvin Boolell, va, lui, suppléer à Nando Bodha au ministère du Tourisme et des Loisirs.

Le leader du PMSD hérite d’un ministère qu’il a déjà occupé dans le passé. En effet, Xavier-Luc Duval a été ministre de l’Industrie de septembre 1999 à septembre 2000 après sa victoire à l’élection partielle au No 20 (Petite-Rivière/Beau-Bassin) provoquée par la démission de Jocelyne Minerve en 1999.

Abu Kasenally se voit, lui, confier le portefeuille de la Santé, le ministère d’où est partie toute l’affaire MedPoint et qui a abouti à la démission de Maya Hanoomanjee suivie de celle de ses quatre collègues de parti et de son leader, Pravind Jugnauth.

&nbsp

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires